Jon Cafee - Homo-Gène

 

Titre : Homo-gène
Interprète : Jon Cafee
Langue : Français


PAROLES



Souvent je pleure entre deux couloirs
Entre deux hôtels, entre deux miroirs
Souvent je cours entre deux amours
Entre deux toujours, entre rien du tout
Si je reste sourd, et ce coeur trop lourd
Entre chien et loup, je n'sais plus à qui me vouer
Je reste sourd

Souvent je rêve que j'ose enfin
Franchir le pas entre toi et moi
Rien que tous les deux, contre tous les autres
Et même si les autres nous montrent du doigt
Dans un élan, une seule voie
À bout de souffle, mais libre enfin d'exister
Tu restes sourd

Homo-gène, c'est un gène
Et c'est d'idem que ça vous gêne
Mais l'homogène dans mes veines
Quelle veine sans mise en scène
Et si je pleure, c'est pas du gène
Mais de la peine
Dans vos yeux de la haine
Parfois même
Vous restez sourds

C'est pas la peine de faire comprendre
De faire semblant de se faire entendre
C'est pas gagné, c'est pas maintenant
On saura jamais le mot de la fin
Mais regarde-toi, regarde-nous
De quoi t'as l'air, t'es complètement fou
De croire encore à l'amour
À croire encore, et moi j'y crois toujours

Oh maman, pardonne-moi
De l'enfant que j'aurai pas
Je sais que tu sais, tu sais que je sais
Nous savons tous que c'est comme ça
Mais à l'amour, moi j'y crois
À cet amour qu'on ne choisit pas
Ç’aurait pu être une femme
Mais c'est un homme que Dieu m'envoie

Homo-gène
C'est d'idem que ça vous gêne
Mais l'homogène dans mes veines
Quelle veine sans mise en scène
Et si je pleure, c'est pas du gène
Mais de la peine
Dans vos yeux de la haine
Parfois même
Vous restez sourds

Homo-gène, c'est un gène
Et c'est d'idem si ça vous gêne (c'est sa vie à lui)
Mais l'homogène dans mes veines
Quelle veine sans mise en scène (celui qui croit en l'amour)
Et si je pleure, c'est pas du gène
Mais de la peine (c'est sa vie à lui)
Dans vos yeux de la haine
Parfois même (Faut les laisser vivre)

Homo-gène, c'est un gène
Et c'est d'idem que ça vous gêne (c'est sa vie à lui)
Mais l'homogène dans mes veines
Quelle veine sans mise en scène (celui qui croit en l'amour)
Et si je pleure, c'est pas du gène
Mais de la peine (c'est sa vie à lui)
Dans vos yeux de la haine
Parfois même (Faut les laisser vivre)
Vous restez sourds

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site