Tomes de The tyrant who fall in love

Tome 1

 

J’adore cette mangaka et ce titre ne m’a pas déçue. Non seulement il y a un cross-over avec Rien n’est impossible !, mais son style a considérablement mûri et s’est embelli. La lecture est un régal, l’humour est toujours aussi présent mais se trouve parfois parsemé de passages plus dramatiques qui donnent plus d’émotion au manga. À lire sans prise de tête !

Tome 2

Replonger dans l'atmosphère de ce manga fut un régal de bout en bout. J'adore définitivement le style d'Hinako Takanaga, et ses romances charmantes, drôles, légères et distrayantes à la fois. Elle sait répartir un juste équilibre entre les sentiments amoureux, les gags et parfois une ambiance plus tragique ; de plus son dessin est vraiment très beau. Les deux personnages se révèlent touchants, Tatsumi parce qu'on découvre sa nature très protectrice sous ses airs rustres (un vrai tsundere !), Morinaga parce que l'on découvre sa famille et son passé, une manière d'élargir le cadre du manga en se concentrant sur d'autres intrigues que l'histoire d'amour, même si celle-ci ne reste jamais en retrait. Pour peu d'être fleur bleue, cette série réussit brillamment à faire battre notre petit cœur. Youpi ! 

Tome 3

D’emblée, replonger dans les pages de cette série s’avère un immense plaisir, ne serait-ce que pour son graphisme superbe et expressif, aboutissant à des scènes drôles et pleines de sentiments tout en étant très fluide à la lecture. Une excellente surprise nous attend dans ce tome avec l’apparition des protagonistes de Rien n’est impossible, qu’il est tout simplement génial de retrouver. L’un d’eux en particulier, dont la mise en valeur était limitée dans Rien n’est impossible, va jouer un rôle prépondérant dans ce volume en découvrant la relation de nos deux protagonistes, une information dont il va se servir pour jouer le trouble-fête. Le genre est aux sources de la comédie romantique dans sa définition la plus pure : c’est léger, amusant, explosif et croustillant, le chantage est sain et provoque des quiproquos au cours desquels les personnages dévoilent les aspects les plus kawaii de leur personnalité. Car voir rougir notre tsundere préféré, c’est tellement touchant ! Les tomes défilent et le niveau ne faiblit pas, pour notre plus grand bonheur ! 

Tome 4

On le répète à chaque fois, mais ce manga est une merveille graphique et la seule vue des dessins est un régal pour les yeux ! Les autres qualités de la série – un rythme soutenu, un humour fluide et efficace, de la romance à fond les manettes – ne font pas défaut à ce tome qui une fois de plus est un vrai plaisir à lire. Ce volume apporte une touche supplémentaire par la mise en place d’une intrigue à suspens, où le danger guette les personnages. Non seulement on se demande comment ils vont s’en sortir, mais on se régale aussi de les voir se rapprocher à touches subtiles ; le péril révèle les vrais sentiments de notre tsundere préféré, lequel se montre au summum du kawaii lors de ses plus grandes crises de colère et de froideur ! On va donc assister à une lente mais réelle évolution de leur relation, avec l’initiative sexuelle qui change de camp pour la première fois, et des péripéties qui mettent habilement en place un tome suivant qui devrait voir la situation immobilière de nos protagonistes accéder à un nouveau statut ! L’amour et la comédie font de ce manga une série développée et incontournable, qui s’avère aussi une excellente première œuvre à conseiller à qui veut découvrir le yaoi ! 

Tome 5

Ça y est, nos deux compères ont emménagé ensemble. Mais une fois de plus, Sô-ichi ne se laisse pas toucher pendant une éternité, rendant fou son nouveau colocataire… La ficelle commence à devenir répétitive, mais elle fonctionne : c’est si drôle, romantique, rocambolesque, qu’on le pardonne tout de suite. De plus, Sô-ichi confirme dans ce volume l’évolution sentimentale amorcée dans le tome précédent, pour notre plus grand bonheur, même si bien sûr il refuse toujours de le reconnaître, surtout envers lui-même. Les personnages sont touchants, chacun se montant la tête à sa façon. J’ai trouvé également très sympathique de retrouver Tomoe de Rien n’est impossible avec un graphisme amélioré ! Comme les précédents, ce tome alterne humour, situations coquines et scènes romantiques avec un équilibre parfait : une comédie romantique comme toutes devraient l’être ! Dans ce volume, on trouve également une histoire supplémentaire se consacrant à deux personnages secondaires, le frère de Morinaga et leur ami d’enfance. Un peu brutale, cette histoire correspond moins au style habituel d’Hinako Takanaga, sauf vers la fin. 

Tome 6

Sô-ichi revient au Japon tandis que Morinaga, une fois de plus, se berce d’illusions. La ficelle commençait à devenir répétitive, mais ce tome marque une réelle évolution de la relation des deux protagonistes, même si eux-mêmes ne s’en sont pas encore aperçus. Du coup, il y a une réelle attente quant au comportement de ces derniers. Sô-ichi, en particulier, est touchant car il est tellement évident qu’il ressent quelque chose pour Morinaga, même s’il est à la fois en pleine incompréhension et en plein déni. Quant à Morinaga, il s’est pris tellement de claques dans le passé qu’il semble avoir perdu la capacité d’y croire réellement. Mais quand donc vont-ils ouvrir les yeux ? Bien qu’il n’y ait pas de rebondissements majeurs dans ce tome, ce suspens ambiant s’avère très accrocheur. Vous voulez initier quelqu’un au yaoi ? Remettez-lui The tyrant who fall in love sans hésitation ! 

Tome 7

Cette fois, c'est sûr, Sô-ichi est bel et bien amoureux de Morinaga, et pas qu'un peu. Néanmoins, entre ça et que le principal concerné s'en aperçoive, et pire, l'admette, il y a encore un monde, et le pauvre Morinaga n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs. Cependant, dans ce tome il se passe certains événements qui vont le bousculer ! En premier lieu, il y a le retour de Masaki, l'ex de Morinaga, le fameux qui l'a fait tellement souffrir. Oh, il n'est pas là pour ficher le bordel dans le pseudo-couple, ça non, et là on peut féliciter l'auteur qui conserve à l'histoire sinon du réalisme, du moins de l'équilibre ; il n'empêche que sa réapparition va provoquer chez Sô-ichi des réactions dont lui-même ne se serait pas doutées, et auxquelles il cherche des excuses toutes moins crédibles les unes que les autres. Et il y a aussi cette fameuse proposition d'emploi, une ficelle certes peu originale, mais efficace, et qui additionnée à l'autre, va contribuer à faire monter la pression chez Sô-ichi. Jusqu'au clash final... Les dernières pages sont assez émouvantes et l'on se demande comment tout cela va se terminer. On a hâte d'avoir le tome suivant dans les mains !

Tome 8

Une fois de plus, un tome d'une qualité purement exceptionnelle. Ce n'est pas la première fois que notre couple traverse une crise, mais Hinako Takanaga réussit à ne pas rendre son manga répétitif puisque chacune aboutit à un résultat qui approfondit la relation des protagonistes. La violence de ces explosions est sans doute le seul moyen de forcer notre tsundere préféré à se remettre en question, et au manga, d'évoluer. Le graphisme est fidèle à lui-même : magnifique, clair, d'une narration fluide et expressive, si efficace qu'on se plonge dans l'histoire au point de n'avoir même plus l'impression de lire. Dès le premier chapitre, on a le coeur en émoi. Et tout au long des pages et ce jusqu'à la dernière, il continue à battre la chamade, troublé et bouleversé par tant d'émotion ! Vers la fin, en prenant le parti d'attendre que Sô-ichi fasse le premier pas, Morinaga ne se doute pas à quel point il prend la bonne décision... et l'on craque devant les sentiments de Sô-ichi, à la fois tellement évidents et si difficiles à dire ! Et ne parlons pas de Masaki et vous savez qui... Quand Morinaga se rend compte qu'il aurait tout autant de mal à accepter une relation hétéro que Sô-ichi ou son frère à accepter une relation homo, c'est aussi un moment décisif ! La fin de ce yaoi exceptionnel approche désormais... Si l'on a pu reprocher à beaucoup de one-shots de précipiter l'intrigue en jetant l'hétéro dans les bras de l'homo dès le premier chapitre, on peut dire que The tyrant who fall in love fait tout l'inverse, offrant un développement progressif mais qui ne tourne pas en rond non plus. Définitivement la série à ne pas manquer ! 

Tome 9

The tyrant who fall in love manga volume 9 simple 209755

Afin d'aider Sô-ichi lors de son absence à venir, Morinaga décide d'organiser des entretiens pour trouver des assistants motivés à travailler au labo tout en supportant le mauvais caractère de son compagnon... Hélas, Morinaga ne tarde pas à voir le revers de la médaille : comment supporter que tous ces jeunes gens, pour la plupart ouvertement intéressants par l'adoucissement de la personnalité du beau Sô-ichi, fréquent à longueur de journée cet amant dont il a eu tant de peine à se rapprocher ?
En jouant sur la jalousie et le "montage de tête", ce neuvième tome de The tyrant who fall in love ne fait certes pas dans l'originalité et possède de nombreux aspects répétitifs, aussi bien au sein de la série elle-même qu'en comparaison avec d'autres histoires d'amour (pas seulement BL). Néanmoins, le style de Morinaga n'a rien perdu de son efficacité et pour peu d'apprécier les romances fleur bleues, c'est avec délice qu'on se laisse prendre au jeu et que l'on passe par mille émotions tandis que l'on suit les déboires et tourments intérieurs de Morinaga.
Les magnifiques dessins et le découpage parfaits rehaussent encore le plaisir de la lecture. Le couple est toujours aussi kawaii et je le répète, vraiment à condition d'aimer ce genre de romances, on ne s'en lasse pas.
Ce tome nous offre un bonus de taille avec une histoire supplémentaire assez longue, consacrée à deux personnages secondaires : Masaki et Kunihiro, qui vont connaître de leur côté leur propre histoire d'amour... Bon, une fois de plus, les gays se multiplient, mais c'est la règle du jeu dans la plupart des yaoi et quand c'est si bien raconté, il serait dommage de ne regarder que le côté vide du verre. Exit donc le reproche du développement ultra-classique, laissons-nous simplement emporter par cette romance différente, amenant de nouveaux personnages avec leur propre histoire/caractère, et qui s'avère tout aussi plaisante à lire que la principale.
Bref, du fleur bleue à foison, les fujoshi romantiques vont se régaler et s'en mettre plein les yeux grâce à des dessins vraiment excellents. À ne pas manquer.

Date de dernière mise à jour : 04/01/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site