The Best Lover - Masara Minase

the-best-lover-manga-volume-1-francaise-53587.jpg

INFORMATIONS

Titre : The Best Lover
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Masara Minase
Éditeur : Taïfu
Nombre de tomes : 4, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

Masahiro est le manager d'une agence de mannequins. Il s'occupe de la carrière d'Akito, un modèle en vogue, avec qui il entretient une relation. Un jour, il est obligé de prendre en charge un nouveau mannequin, Yoshimi. Ce dernier s'avère insupportable : égoïste, nombriliste et arrogant, ce jeune homme semble dur à gérer. La situation va s'envenimer petit à petit quand Yoshimi va découvrir que son manager a une relation avec Akito. Il va alors tout faire pour surpasser son rival, aussi bien dans les défilés quand le coeur de Masahiro...

AVIS

Les one-shots de Masara Minase ne font pas partie des meilleurs yaoi disponibles sur le marché. En effet, en dépit de son style graphique séduisant et maîtrisé, ses histoires pleines de stéréotypes donnent le plus souvent une impression de déjà-lu n'apportant pas grand chose au genre. Néanmoins, avec The Best Lover, c'est une série plus longue, développée sur plusieurs tomes, que la mangaka nous présente, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça lui réussit !
Si le cadre reste éculé (une énième histoire de mannequins), le récit parvient à tirer son épingle du jeu grâce à ses personnages atypiques. Pour une fois, ils ne sont pas seulement beaux et classes ; Yoshimi a un caractère juvénile et arrogant qui frise l'insupportable tandis que Masahiro, plus adulte, ne se laisse pas marcher sur le pieds et va jusqu'à se servir de l'assurance de Yoshimi pour lui pour le manipuler. Ils n'ont donc rien de vierges effarouchées ni de gentils anges, ils ont leurs défauts et il est même possible qu'ils puissent paraître antipathiques à cause de cela !
On pourrait reprocher aussi à l'intrigue le syndrome du "tout le monde est gay" qui fait passer le fil rouge général pour un succédané de shôjo (notons que pour une fois ils le reconnaissent eux-mêmes, une réplique déclarant clairement que de telles relations sont monnaie courante dans le milieu) ; ainsi, il y a des rebondissements sentiments qui seraient acceptables dans un shôjo, mais qui souffrent d'une certaine crédibilité dans un yaoi. Néanmoins, c'est en partie grâce à ce défaut que les sentiments de Yoshimi et Masahiro, qui pour leur part apparaissent très, très progressivement, sont très bien décrits de sorte que l'on se laisse malgré tout emporter par l'histoire. La yaoiste rêveuse devrait donc, en partie au moins, trouver chaussure à son pied dans ce manga.
La façon très progressive dont sont introduits, sous-entendus, effleurés, les sentiments entre les personnages principaux est le gros point fort de ce manga. Ils ont tout d'abord des relations de sex-friends permettant d'insérer des scènes yaoi régulièrement et naturellement, mais peu à peu les sentiments pointent le bout de leur nez. Comme c'est lent, on a le temps d'y rêver, d'y croire, bref : d'espérer, ce qui est le propre de toute histoire d'amour bien construite et que trop de yaoi one-shot ne parviennent pas à rendre.
Par conséquent, malgré un cadre éculé à l'extrême, The Best Lover réserve quelques bonnes surprises et peut se révéler une découverte plutôt sympathique !

Date de dernière mise à jour : 29/11/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site