Tomes de Super Lovers

Tome 1

Un premier tome qui annonce la couleur : ce yaoi ne ressemble à aucun autre ! Doté d'un graphisme qui frappe dès la première page par sa splendeur, il prend bien le temps de mettre en place les événements qui aboutiront, sur le long terme, à une romance. On insiste bien sur le "long terme", car même à la fin de ce premier volume, ça reste tout juste esquissé, on n'a donc pas forcément l'impression de lire un yaoi durant la majeure partie du bouquin. Mais cette mise en place soignée est précisément ce qui distingue cette série de tous les autres yaoi où les personnages couchent ensemble dès le premier chapitre. Ici, tout au contraire, c'est d'abord l'histoire qui prime, ainsi que le travail sur la psychologie des personngaes et leur évolution au fil des années et des événements, parfois dramatiques, qui surviennent et chamboulent tout. C'est génial de voir comme l'auteur commence par nous montrer la complicité qui naît spontanément entre Haru et Ren enfant, puis comment s'amorcent leurs retrouvailles alors que rien n'est plus comme avant. Elle n'a pas peur des événements dramatiques. Cette priorité accordée au récit est très rare dans les yaoi et cela rend cette série d'autant plus remarquable. Le seul point qui peut être dérangent est la nature de la relation des membres du couple à venir, qui sont frères sur le papier et surtout l'un des deux est un mioche en tout cas dans ce tome. Mais le talent narratif de la mangaka donne un certain réalisme à son histoire, en tout cas une envie d'y croire, et cela gomme tout ce que l'on aurait pu reprocher à son sujet. À ne pas manquer ! 

Tome 2

Le temps a encore passé et nos personnages sont à nouveau dans une nouvelle configuration de vie. Le rêve de Haru s'est réalisé et il vit maintenant avec ses trois frères, qui donc doivent désormais apprendre à cohabiter.
Le meilleur dans ce volume : le dessin qui est toujours aussi soigné et détaillé, tout en nuances de gris, et surtout les personnages et l'évolution de leurs relations. Aki a encore de la peine à accepter l'arrivée de Ren tandis que ce dernier et Haru peinent à définir réellement leur relation. Les rebondissements, les répliques, les malentendus, les excuses, les rapprochements, tout cela est narré avec un vrai talent par la mangaka qui rend son intrigue très intéressante à suivre. Ses protagonistes sont fouillés et ne vivent pas repliés sur eux-mêmes, ils interagissent aussi avec d'autres personnages secondaires qui contribuent à ancrer le récit dans un cadre plus ou moins réaliste (plus clairement, qui paraît réaliste en dépit d'autres faits qui le sont moins).
Par contre, la relation entre Ren et Haru a toujours quelque chose d'assez dérangeant, cet aspect s'étant même renforcé par rapport au tome 1. Même si Ren a grandi, il reste très jeune par rapport à Ren et surtout ils sont désormais frères réellement, ce qui rend leur relation très tendancieuse et il serait compréhensible que de nombreux lecteurs en soient gênés. C'est peut-être le seul point noir de la série, qui serait parfaite à part ça.
De plus, l'excuse facile qui consiste à mettre le fait de se bizouter sur la bouche pour se "dire bonjour" sur le dos de la "culture étrangère" est vraiment agaçante ; autant pour les Japonais qui connaissent mal la culture occidentale c'est peut-être un cliché passable, autant pour nous autres occidentaux, ce cliché est tellement faux (même chez les Russes) qu'il a bien du mal à passer et est énervant.
Cela étant dit, en-dehors de ces quelques points gênants/agaçants, la lecture reste de grande qualité grâce à des personnages travaillés en profondeur et à une intrigue vraiment travaillée et réfléchie, accompagnés de dessins qui visiblement sont les meilleurs de l'auteur. Super Lovers reste donc un yaoi à surveiller, qui se classe dans la moyenne haute des sorties francophones.

Tome 3

couverture

C'est un vrai plaisir de retrouver ce manga dont les deux premiers volumes s'étaient révélés une très bonne surprise, et qui continue sur sa voie progressive qui en fait tout le sel.
En soit, Super Lovers ne fait rien que nous présenter le quotidien des protagonistes et en particulier de Ren qui, en pleine adolescence et fraîchement immigré, se retrouve dans toutes sortes de situations difficiles ou cocasses, encore qu'il ne s'en rende pas toujours compte.
Cependant, la lecture donne une réelle impression de richesse et de complexité, car l'histoire est abordée simultanément sous de nombreux aspects : sociaux, familiaux, scolaires,... Il se passe toujours quelque chose, et les personnages secondaires eux-mêmes sont évoqués régulièrement sans qu'ils n'occupent une grande place dans le manga, car ils apparaissent seulement quand le cadre s'y prête (à l'école, à la maison, en-dehors,...), de façon alternée.
Les deux jumeaux sont également davantage présents, en particulier Shima dont on commence à s'apercevoir qu'il ressemble à Haru par certains côtés.
Concernant le yaoi, Super Lovers reste différent des autres manga du genre. L'histoire en effet, retrace avant tout le quotidien des protagonistes, sans mettre la romance au centre, néanmoins, elle est toujours présente en arrière-fond, comme une sorte d'épée de Damoclès qui "menace" les personnages en permanence.
Haru et Ren, en effet, conservent une relation floue, ne sachant jamais vraiment eux-mêmes où s'arrête le badinage et où commence l'interdit. On ressent sans cesse un évident désir sous-jacent, mais les personnages sont à la fois assez conscients, matures et respectueux l'un de l'autre pour réussir à se contrôler. Enfin, la plupart du temps, car pour notre plus grand plaisir, ils glissent progressivement de plus en plus vers l'interdit...
Évidemment, leur couple reste gênant et a objectivement de quoi mettre mal à l'aise, en particulier dans certains passages (et dans ce tome, on citera surtout un certain passage vers la fin). Mais la narration est vraiment excellente, et la façon dont sont présentées les situations et les réactions des protagonistes, avec un mélange de naïveté et de responsabilité, « excuse » ce qui leur arrive.
Dans les deux premiers tomes, le style était déjà excellent et il le reste. Le découpage met bien en valeur les sentiments complexes des personnages et le graphisme est décidément superbe. Il est appréciable de voir une yaoi mangaka qui prend la peine de dessiner des décors, qui plus est avec d'abondants détails. Le trait lui-même est gracieux et très tramé, les pages présentant de nombreuses nuances de gris qui donnent beaucoup de force à la narration.
Bref, Super Lovers reste un bon yaoi, à suivre pour découvrir un titre qui se distingue clairement du reste du marché.

Tome 4

super-lovers-manga-volume-4-simple-74080.jpg

Le quatrième volume poursuit avec toujours la vie quotidienne des personnages. Il paraît moins dispersé que le précédent, car offrant moins d'aperçus de la vie sociale des protagonistes, mais propose en échange plus de suivi et d'intensité en se focalisant sur l'arrivée d'Haruko et la façon dont elle "bouleverse" les rapports encore très ambigus entre Ren et Haru.
Je ne pensais pas dire ça un jour, mais honnêtement, ce manga serait parfait... s'il n'était pas un yaoi. Le rythme, le dessin, l'humour, la psychologie des personnages : tout est parfait. On s'éclate et la lecture est régal de chaque instant, partagée entre rires et émotions.
Cependant, les scènes yaoi, elles, mettent de plus en plus mal à l'aise. On est quand même à mi-chemin entre l'inceste et la pédophilie, et est-ce ou non le découpage par tomes (et les inévitables mois d'attente entre chaque parution), mais la sauce prend moins bien que dans le volume 3. La situation de Ren, adolescent adopté et amoureux de son grand frère, est plus compréhensible et pardonnable que celle de Haru, d'autant que ce dernier n'est plus tout à fait amnésique.
Heureusement, parallèlement à cela, la mangaka aborde aussi d'autres thèmes qui continuent d'approfondir les personnages. Ainsi, on se réjouit d'en apprendre davantage sur le passé de Ren et le rôle d'Haruko et ses contacts lors de l'accident d'Haru. La question de la définition de la relation exacte d'Haru et Ren continue quant à elle à être posée.
Donc ce manga est excellent... sauf les passages yaoi. Bien sûr, il y aura toujours un public que cette limite douteuse entre l'interdit et la morale ne gênera pas, et honnêtement, tant mieux pour eux car ils ont alors tous les atouts pour profiter de ce très bon titre, qui à part ça n'a presque aucun défaut. Juste que si vous pensez être gêné par le thème, alors n'y allez pas les yeux fermés.

Tome 5


Ce cinquième volume de Super Lovers s'avère particulièrement sympathique ! Comme toujours quand les passages "douteux" entre Ren et Haru sont un peu moins présents, le manga déploie pleinement toutes ses qualités et se transforme en une lecture agréable de bout en bout, dont on apprécie la beauté et le travail de fond.
Le graphisme est toujours aussi splendide et constitue à lui seul une raison à part entière de lire ce titre qui décidément, ne cessera jamais de nous en mettre plein la vue. Mais les protagonistes eux aussi se montrent particulièrement attachants. L'histoire s'éparpille moins entre les personnages secondaires (qui restent néanmoins très présents) et se centre davantage sur les sentiments de Ren et Haru, ce qui contribue au fait de mieux les faire comprendre, et donc de mieux les faire accepter en dépit du côté parfois malsain de certaines situations.
Les scènes "physiques" sont ainsi plus rares dans ce tome et quand elles sont présentes, leur mise en scène passe mieux que dans le précédent. Mais c'est surtout les sentiments et l'évolution des protagonistes qui ont la part belle, et c'est un délice que de plonger dans leurs pensées et partager leurs émotions. Même si ça ne change rien au lien de parenté et aux âges de Ren et Haru, on préfère mille fois les voir se torturer sur la vraie nature de leurs sentiments plutôt que de partager des "câlins" sexuels alors que leur relation est tout sauf claire.
Tous deux changent progressivement sur le plans mental en cherchant à se comprendre, eux-mêmes et mutuellement, et à s'accepter. Ren n'en finit pas de grandir, acquérant une certaine forme de maturité en tant qu'adolescent qui se cherche, tandis qu'Haru se doit d'accepter cette métamorphose et les révoltes qui l'accompagnent parfois. On apprécie aussi l'arrivée d'un nouveau personnage qui amène pas mal de rebondissements et permet d'en apprendre plus sur Haru.
Le quotidien de la famille Kaidô reste haut en couleur et ce tome se montre tout à la fois superbe, riche, amusant, intéressant et émouvant. Espérons que les suivants auront la même trempe !

 

Tome 6

 Super lovers manga volume 6 simple 77026

Six tomes déjà et le plaisir que l'on ressent à la lecture de Super Lovers ne diminue pas d'un iota. Il faut dire que le style est vraiment excellent : graphisme ultra-détaillé sans fausse note et tout en nuances de gris, doux mélange d'humour, de vie quotidienne et d'émotion...
Dans ce tome, un sujet préoccupe énormément Ren, c'est la volonté de ne plus être vu comme un enfant et pour cela, il voudrait coucher avec Haru. Le refus de ce dernier entraîne des désaccords entre eux, surtout parce qu'aucun des deux ne comprend les motivations de l'autre. Il faut dire qu'il sont tous les deux des cas sociaux, et l'auteur ne manque jamais de le rappeler en évoquant régulièrement la santé d'Haru et le passé de Ren. Le manga se montre touchant et crédible grâce à l'immense soin accordé au portrait des personnages et à leur vie quotidienne.
En effet, complètement aux antipodes des yaoi compressés auxquels on est trop habitués, Super Lovers se concentre sur le quotidien, quitte à faire de nombreux détours, ancrant son récit dans un cadre solide, riche d'interactions sociales et de préoccupations variées, de façon à bien montrer la progression des sentiments des personnages. Grâce à cette narration, ce manga semble réaliste en dépit de son sujet, ce qui n'est pas peur dire pour un titre côtoyant d'aussi près des thèmes comme l'inceste voire la pédophilie vu l'âge de Ren, le principal exploit consistant à rendre le récit réellement touchant et émouvant, de sorte que l'on ne ressent aucune envie de juger les personnages.
Et pourtant il aurait été très facile, avec de tels sujets, de juste créer un manga dérangeant qui n'aurait fait que jouer avec l'interdit. Bien d'autres titres s'y sont cassé les dents. Mais la mangaka s'en sort admirablement pour faire passer la pilule uniquement grâce à son style et sa manière de le raconter. Même quand on voit des adultes céder aux avances de Ren, ce qui est objectivement dérangeant, on comprend leurs raisons car le vécu de Ren en fait quelqu'un de très particulier, avec une compréhension du monde et des besoins spécifiques qui ne correspondent pas forcément à ceux de la norme.
Ce manga est décidément très intéressant. Il est tellement travaillé que l'on n'a pas forcément l'impression d'avoir affaire à un yaoi, tellement il est meilleur que la moyenne du genre. À connaître.

Tome 7

Super lovers manga volume 7 simple 218862


C'est avec beaucoup de plaisir que l'on continue à suivre cette romance entre (presque) frères. Nés très progressivement, les liens qui unissent Ren et Haruo se montrent cependant de plus en plus solides. Loin de sombrer dans le sexe sordide comme tant d'autres yaoi, les rares baisers voire davantage qui nous sont offerts expriment une vraie explosion de sentiments, exprimés avec beaucoup de justesse. 
L'histoire reste très riche et nous permet, dans ce tome, d'en apprendre davantage sur Natsuo, sa personnalité, son travail et ses motivations. La relation de Ren et Haruo est également de plus en plus connue ; l'univers ne cesse donc de s'approfondir et d'évoluer. 
Malgré parfois un petit manque de fluidité, la lecture reste cependant très agréable, notamment grâce à un graphisme d'une qualité rare dans le yaoi. L'auteur fait un très bon usage des trames et des nuances de gris, et possède un trait magnifique, soigné jusque dans les arrière-plans, abondamment dessinés. Ce qui rend les planches sont splendides, tout simplement. 
Super Lovers reste donc très sympathique et fait sans aucun doute partie des séries que l'on aura plaisir à relire. N'hésitez donc surtout pas à l'acquérir si ce n'est pas encore fait ! 

Date de dernière mise à jour : 30/08/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site