Super Lovers - Miyuki Abe

 super-lovers-1-taifu.jpg

INFORMATIONS

Titre : Super Lovers
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Miyuki Abe
Editeur : Taïfu
Nombre de tomes : 5 au Japon, en cours
Rating : T

RÉSUMÉ

Après avoir reçu un message mensonger lui apprenant que sa mère est à l'article de la mort, Haru kaidô qui a fait le voyage pour rien, se retrouve coincé au Canada. Là, il rencontre un petit garçon nommé Ren qu'on lui présente comme étant son petit frère. Haru tente de s'occuper de cet enfant aux origines mystérieuses devenu sauvage et insociable à la suite d'un traumatisme. Alors que l'enfant s'habitue peu à peu à lui, Haru est obligé de repartir seul. Ils ne se reverront que cinq ans plus tard. Haru parviendra-t-il alors à civiliser Ren avec comme seule arme, l'amour... Un aîné malchanceux, de beaux jumeaux et un ombrageux enfant adopté... C'est l'histoire de quatre frères peu ordinaires. Un chara-design fin et élégant avec des décors somptueux. Un scénario original qui explore avec délicatesse les frontières entre liens familiaux et liens amoureux. Des personnages à la psychologie recherchée et très attachants.

AVIS

Certes, Super Lovers était un yaoi attendu par les fans. Mais pour qui n'en avait jamais entendu parler, il est dommage de constater que le titre et le résumé dissimulent en partie les qualités de ce manga. En effet, entre le titre très commun et peu original et le quatrième de couverture qui laisse entendre une énième relation incestueuse -avec qui plus est un personnage présenté comme très jeune-, on ne devine pas spontanément que Super Lovers, en réalité, n'est en rien un yaoi ordinaire.
Un des premiers constats que l'on fait en ouvrant ce manga est que le dessin est extrêmement soigné. Pas forcément par le design des personnages, qui tout en étant très joli à regarder reste néanmoins collé aux canons du genre, mais surtout par la présence abondante des décors. Il faut bien l'avouer, les yaoi qui prennent la peine de dessiner les décors ne sont pas si nombreux, et Super Lovers à ce titre constitue une très bonne surprise. La mangaka dessine les décors et avec beaucoup de détails et de nuances de gris. Il lui arrive de les effacer pour les remplacer par des trames dans un but expressif, mais elle n'abuse pas de cette manoeuvre et ne s'épargne pas les efforts nécessaires pour que ses cases soient soignées de part en part, et ça c'est vraiment appréciable.
Mais au fil des pages, une autre bonne surprise se profile : Super Lovers est doté d'un scénario ! Pas un scénario stupide, simplet et stéréotypé comme de nombreux autres yaoi (pas forcément mauvais) dont les qualités se reportent sur les personnages attachants ou la narration, mais un véritable scénario, avec des arcs scénaristiques qui se suivent avec cohérence dans le but d'arriver à une finalité unique et réfléchie à long terme. Des événements importants, voire graves peuvent séparer ces arcs, pouvant modifier profondément les éléments en présence et la situation des protagonistes, et de longues périodes de temps s'écoulent parfois. Cela ancre le récit dans un certain réalisme temporel qui aide à s'y immerger et à y croire.
Du fait de cette réflexion à long terme, et de cette histoire longuement développée, le synopsis met du temps à se mettre en place. Les personnages ne se sautent pas dessus dès le premier chapitre ; bien au contraire, la mise en place de la situation qui permettra l'éclosion des sentiments est longuement soignée, d'ailleurs tellement longuement soignée qu'on ne voit toujours pas de romance à l'issue de ce premier tome, mais uniquement des prémices. La mangaka use de chapitres entiers pour nous présenter le passé commun des protagonistes et les racines de leur attachement mutuel, ou leurs retrouvailles, chaque étape (soit chaque chapitre entier) présentant leur évolution psychologique et constituant une marche de plus sur la préparation de la romance.
Quant aux scènes de sexe, inutile de dire que ce n'est pas la peine de les chercher dans les premiers volumes : avec ce manga, c'est à une histoire qu'on a droit, et à des profils psychologiques soignés et évolutifs, pas à un défilé visuel sans saveur et c'est tant mieux car tellement plus intéressant !
Nous avons relevé que le style graphique était bon, précisons que la narration l'est aussi. Le dessin, mais aussi le découpage des planches, le rythme du récit, les fragments de pensée à la première personne contribuent tous ensemble à rendre cette oeuvre addictive (dans le sens où l'on s'y immerge facilement et totalement), agréable à lire, bouleversante de par certains de ses événements et touchante de par ses personnages. La lenteur est une qualité indéniable qui aide à y croire, rendant ce manga plus réaliste que ne le sont en principe les yaoi.
Seuls les lecteurs ne recherchant que du sexe et se moquant du scénario seront déçues par Super Lovers. Ce yaoi atypique mais incroyablement soigné mérite véritablement l'attention. Seul pourrait faire débat la nature du couple potentiel, séparé par une grande différence d'âge et incestueux en tout cas sur le papier à défaut de la biologie. Mais franchement, la qualité du développement du récit et de la narration gomme totalement ce défaut. Avec Super Lovers, Taïfu nous offre un yaoi à suivre attentivement, alors ne le manquons pas !

Tomes de Super Lovers

Date de dernière mise à jour : 16/06/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site