Shorcut Love - Masara Minase et Kaori Shu

short-cut-love-taifu.jpg 

INFORMATIONS

Titre : Shortcut Love
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Masara Minase et Kaori Shu
Éditeur : Taïfu
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

A la demande d’un des clients, l’entreprise pour laquelle travaille Akino prend dans ses rangs un jeune prodige de la publicité : Kurata. Non seulement ce dernier est arrogant, mais en plus il semble ne pas apprécier Akino. Un soir où tous deux ont un peu bu, ils se retrouvent au lit et de là se créé une situation épineuse pour Akino, car il soupçonne Kurata d’avoir couché avec lui pour avoir une promotion et en plus il lui faut boucler le projet de publicité.

AVIS

Il suffit de lire le résumé pour sentir que ce titre "pue" les clichés, et l'histoire nous donne raison de bout en bout... Disons-le directement : quiconque a déjà lu quelques yaoi ne poura que s'ennuyer profondément à la lecture de ce titre, dans lequel on n'arrive à trouver absolument aucune once d'originalité, à peu près tous les éléments (jusqu'au dessin...) ayant déjà été vus et revus des milliers de fois ailleurs. Dans son wild talk de fin, la scénariste admet d'ailleurs avoir toujours voulu écrire une histoire avec des personnages types auxquels ils arrivent des situations types... eh bien, c'est fait, mais pas pour notre plus grand bonheur...
Au menu, donc : encore une histoire de publicitaire (blond) blasé en passe d'être dépassé par un plus jeune (brun), donc on "découvrira" par la suite que son intérêt pour le métier a été provoqué par l'autre. "Découvrira" entre guillemets, n'est-ce pas, car dès l'amorce de l'intrigue on sait tout de suite où ça va aller tellement on connaît déjà le scénario. Les clichés qui suivent s'alignent correctement et dans l'ordre, ce jusqu'au "combat" contre l'agence rivale qui va souder nos deux protagonistes... On baille d'ennui...
Le graphisme de Masara Minase est correct : plutôt joli, agréable à l'oeil, mais complètement impersonnel et semblable à celui de beaucoup d'autres mangaka shôjo ou yaoi. Les scènes de sexe sont particulièrement mal insérées, la première s'avérant comme de coutume violente, peu crédible et en aucun cas excitante, et donnent à 100% l'impression d'avoir été LE passage obligé par chapitre, ce qu'une fois de plus la scénariste admet, bien qu'elle l'ait apparemment fait de sa propre volonté et non sous la pression éditoriale.
En soit, Shorcut Love n'est pas fondamentalement un mauvais manga. Qui lit du yaoi pour la première fois ou presque, sera peut-être capable de tirer du plaisir de sa lecture. Mais les fujoshi connaissent probablement ce synopsis par coeur jusqu'à l'écoeurement, et ce manga, vite lu grâce à son style agréable, sera tout aussi vite oublié.

Date de dernière mise à jour : 26/07/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site