Tomes de Seule la fleur sait

Tome 1

Un premier tome dans lequel on ne plonge pas spontanément à cause d'un début confus (trois personnages : qui sont les deux principaux ?) et un incipit basé sur des rêves qui manque de crédibilité. Néanmoins, au fil des pages le récit ne tarde pas à dévoiler toute sa finesse et sa poésie, et l'on finit par s'y laisser prendre. La délicatesse des pages s'avère très séduisante, on sent beaucoup de sensibilité et de douceur dans les liens unissant les protagonistes et ceux qu'ils tissent. Malgré un rythme indolent, ce synopsis un peu irréaliste mais tout en justesse parvient à nous fasciner, et les événements qui interviennent indolemment mais sûrement nous bouleversent. Les personnages, qui ont leur personnalité mais sans exagération, se révèlent attachants. Au final, on se laisse séduire et l'on n'a qu'une hâte : lire la suite, et vite ! 

Tome 2

Cette suite conserve son indolence et son côté calme, néanmoins la sauce ne prend pas aussi bien que dans le premier tome. L'intrigue rejoint en effet des sentiers plus classiques en faisant réapparaître le premier garçon ayant marqué la vie de Misaki ; un flash-back nous apprend ce qu'il s'était passé à l'époque, un récit malheureusement peu original et sans guère de saveur, tandis que parallèlement on voit les deux protagonistes continuer de se rapprocher. Bien que que l'on reste sensible à leurs sentiments, esquissés avec des sous-entendus clairement expressifs, l'absence d'humour et de rebondissements tend à rendre la lecture uniforme, en en rehaussant la mollesse. Au final, même si l'on garde plaisir à parcourir ces pages, on s'ennuie quand même un brin. 

Tome3

Après une petite baisse de régime avec un tome 2 aux relents de "on l'a déjà vu 1000 fois ailleurs", Seule la fleur sait retrouve l'originalité et le ton personnel de ses débuts, grâce auquel il y a beaucoup de plaisir à lire cette série même si l'on a déjà lu un grand nombre de manga yaoi. Misaki et Arikawa sont désormais en couple et l'on suit l'évolution timide de ce dernier. Grâce à son ton sensible, un brin poétique, Seule la fleur sait parvient à émouvoir. Les répliques, les poses des personnages (ultra-kawaii sur le plan visuel, comme l'atteste la couverture), et même les quelques scènes de sexe, transmettent beaucoup de sentiments et d'amour. Bien entendu, la délicatesse du dessin et la mise en page des planches participent largement à cette impression réussie. Quant au retour de Kawabata, qui gâchait un peu le deuxième volume, il trouve ici sa résolution et l'on se réjouit de voir Misaki évoluer et se prendre en main lui-même. La conclusion de cette courte série (trois tomes, une longueur idéale permettant un récit développé mais sans rallonge non plus) est donc très satisfaisante, confirmant ce manga dans les séries de qualité qu'il fait bon avoir lues.

Date de dernière mise à jour : 11/03/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site