Liberty Liberty ! - Hinako Takanaga

liberty-liberty-taifu.jpg

INFORMATIONS

Titre : Liberty Liberty ! 
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Hinako Takanga
Éditeur : Taïfu
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : K

RÉSUMÉ

Itaru Yaichi se réveille un beau matin dans les poubelles après une nuit un peu trop arrosée et fait la rencontre d’un caméraman du nom de Kôki Kuwabara. Itaru emménage chez ce dernier après avoir promis de lui rembourser sa caméra qu’il a malencontreusement cassée.
Petit à petit, il perçoit la gentillesse cachée de Kôki derrière ses airs bourrus, et se sent subtilement attiré vers lui, lorsqu’il découvre que Kurumi, l’ex-petite amie de Kôki, est présente sur leur lieu de travail...

AVIS

Hinako Takanaga est généralement synonyme de super manga, et Liberty Liberty ne fait pas exception à la règle.
Dès le début, on se retrouve plongé dans le bain avec un incipit agité mais prenant et narré avec une grande clarté. L’excuse de l’alcool est peut-être l’un des rares points faibles de ce titre, car peu cohérent avec la personnalité habituelle d’Itaru, et d’ailleurs on n’en apprendra jamais davantage sur cet épisode. Cependant, ce défaut sait se faire oublier assez vite car très rapidement les interrogations fusent : d’où vient Itaru ? Pourquoi est-il seul ? Et quel est le secret du passé de Yaichi ?
La mangaka entretient savamment le mystère, et le suspens, jusqu’au moment où les confidences mutuelles rapprocheront les deux protagonistes… Car, et il faut le relever, là où un grand nombre de manga yaoi introduisent le shônen-ai dès les premières pages, histoire de satisfaire la lectrice, Hinako Takanaga, elle, prend bien le temps de poser son histoire, insistant sur la naissance des sentiments et le développement émotionnel, quitte à frustrer son public sur les dernières pages. De nombreuses allusions sont néanmoins présentes assez régulièrement, émoustillant juste ce qu’il faut. Le final ne réservera que quelques baisers, mais chargés d’émotion.
Les personnages sont de vraies perles, incroyablement attachants. Entre Itaru, timide et qu’on a envie de protéger (un classique de Takanaga), Yaichi, de prime abord antipathique mais en réalité extrêmement généreux, et Kurumi, un travesti qui n’insiste pas là-dessus (au point qu’il est très difficile de lui parler de lui au masculin !) et surtout débordant d’énergie et de bonne humeur qui apporte une touche de féminité au titre, on ne sait pas où donner de la tête. En tout cas, une chose est sûre : les côtoyer se révèle un vrai bonheur et l’on regrette de les quitter une fois la dernière page tournée. L’histoire de la création de la chaîne, qui réunit tous les « ratés du destin » et les sauve en quelque sorte, fait un peu cliché mais dégage beaucoup de chaleur.
Comme tous les titres de la mangaka, Liberty Liberty contient beaucoup d’humour ; mais, surtout dans celui-là, il n’est pas envahissant. C’est suffisamment léger pour que la lecture soit distrayante, et les sentiments sauront faire rêver les plus fleur bleue.
On regrette un peu qu’il n’y ait qu’un tome ; il y aurait en effet eu matière à développement, notamment concernant la situation familiale d’Itaru, et bien sûr sur la suite de l’histoire de nos deux protagonistes, que l’on ne verra pas beaucoup ensemble au final. L’épilogue donne néanmoins une assez bonne idée du futur de leur relation, et le rythme d’ensemble de l’histoire est très bon (soutenu, ni trop lent ni trop rapide) précisément grâce à ce genre d’ellipses. C’est juste que le manga est tellement bien qu’on aurait souhaité qu’il continue un peu plus longtemps…
Quoi qu’il en soit, comme tous les manga de Takanaga, Liberty Liberty est un titre à conseiller sans hésitation, même aux plus jeunes grâce à l’absence de scènes osées.

Date de dernière mise à jour : 15/06/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site