Le labyrinthe des sentiments - Kou Yoneda

le-labyrinthe-des-sentiments-taifu.pngINFORMATIONS

Titre : Le labyrinthe des sentiments
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Kou Yoneda
Éditeur : Taïfu
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T

RÉSUMÉ

Le jour où il arrive sur son nouveau lieu de travail, Shima prend l’ascenseur avec un homme qui a la gueule de bois. Drôle de première rencontre entre Shima et son supérieur, Togawa. Sous ses airs de garçon impertinent et sans gêne, Togawa reste très attentionné et Shima ne peut s’empêcher d’être attiré par lui. cependant, ses expériences douloureuses l’empêchent d’avancer alors que Togawa prend des risques malgré ses blessures passées, et ne cache pas ses sentiments. Que nous réserve cette histoire d’amour pleine de maladresses ?

AVIS

Ce one-shot contient une seule longue histoire ; il est pourtant surprenant de constater qu’en termes de développement, il n’est pas vraiment plus satisfaisant qu’une intrigue comme Restart, qui tient en deux fois moins de pages. En effet, les personnages perdent pas mal de temps en atermoiements, ils tournent en rond, ils ne savent pas ce qu’ils veulent.
Pourtant, ils sont travaillés, et c’est sans doute là la principale qualité de ce manga. Ils ont tous deux traversé de dures épreuves par le passé, le premier à travers une tragédie familiale, le second parce qu’il a connu des difficultés amoureuses à son précédent travail.
Mais, première faiblesse scénaristique : ils commencent à s’embrasser et à coucher ensemble sans vraie raison. Ils ne sont pas (encore) amoureux, et l’un d’eux est hétéro. De fait, il est un peu décevant que le commencement de cette relation homosexuelle ne s’accompagne d’aucune interrogation, surtout de la part de celui qui n’est pas gay. Les questionnements des personnages portent plutôt sur le maintien de cette relation : a-t-elle un avenir, les deux protagonistes ont-ils bien cerné leurs besoins réels, sont-ils sûrs de leur choix, peuvent-ils croire l’un en l’autre ? Ce n’est pas inintéressant pour autant, mais le tableau des doutes humains n’est pas complet pour autant.
La narration est réaliste est sensible, l’émotion étant souvent portée par une succession de cases sans textes qui montrent, par leur attitude, les sentiments des personnages. Le fait de les deviner provoque une certaine empathie à la lecture. L’efficacité du procédé s’avère cependant délayé par la lenteur du rythme, qui au final provoque chez le lecteur une certaine indifférence, voire de l’ennui.
Le dessin n’a rien de particulier mais il est joli. Les personnages secondaires ne bénéficient d’aucun développement, alors que l’un au moins a une certaine importance auprès du couple. Le nombre de pages total du récit aurait pourtant pu permettre de lui donner plus d’importance. Dommage…
Cette histoire se laisse lire, mais ne constitue pas une priorité pour votre bibliothèque.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site