In these words - Jun Togai, Narcissus

 In these words t1

INFORMATIONS

Titre : In these words
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Jun Togai, Narcissus
Éditeur : Taïfu
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M+
Note : Disponible égalemetn dans une édition limitée vendue à Japan Expo 2014 ou sur pointmanga.com

RÉSUMÉ

Katsuya Asano, un profiler formé aux Etats-Unis, est amené à travailler pour la police de Tokyo afin de fournir le profil d’un tueur en série qui sévit depuis plusieurs années.
Grâce à son aide, l’opération est une réussite et Shinohara Keiji est enfin arrêté.
Obnubilé par la personne qui est à l’origine de son arrestation, ce dernier accepte de faire des aveux complets, mais à la condition que Katsuya soit celui qui les recueille.
À peine le jeune profiler vient-il d’accepter qu’il est tourmenté nuit après nuit par le même cauchemar : un homme dont il ne voit pas le visage le retient prisonnier et le torture tout en lui murmurant à l'oreille qu'il l'aime.
La frontière entre rêve et réalité s'effondre alors brutalement pour lui...

AVIS

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Taïfu a mis les petits plats dans les grands pour la sortie d'In these words. L'édition limitée comporte en effet tout ce qu'il faut pour un livre magnifique : grand format mettant bien les dessins en valeur, papier solide, couverture rigide, marque-page en film, pages couleurs et posters internes... Pour se procurer cette merveille, il était nécessaire de se rendre à Japan Expo ou de commander sur le site de l'éditeur, la boutique pointmanga.com sur laquelle on relèvera par ailleurs, qu'un poster géant d'In these words est offert pour toute commande comportant ce manga + deux autres yaoi !
Une offre promotionnelle donc archi-soignée et dont la communication a également été suffisamment tapageuse pour faire du bruit chez les fans. Et il faut bien le dire, le produit en résultant en vaut la peine ! Cette édition est tout simplement magnifique et très agréable à tenir en main : grande mais légère, son seul défaut est que les pages sont parfois transparentes pour les parties en blanc, obligeant à les soulever légèrement pour atténuer le problème. Autrement, ce livre prend place à côté de mon exemplaire de L'épée de Paros sur une armoire antique sans dépareiller... C'est donc, en tous points, un superbe objet qui vaut bien ses presque 18 euros !
Mais assez parler de l'édition, venons-en à l'histoire... Pour mettre autant d'efforts dans son édition d'In these words, il fallait bien que Taïfu croie en cette série, c'est donc d'emblée avec curiosité et une forte attente que l'on s'attaque à la lecture de ce manga qui était par ailleurs, très attendu par les fans. Et là, quelle gifle ! On saisit dès les premières pages, écrites en plein texte, qu'on n'est pas dans un manga ordinaire... Et on comprend sans peine pourquoi un tel soin a été accordé à cette série qui n'a rien à voir avec les yaoi que l'on connaît habituellement.
Il faut bien le dire, le marché du yaoi est en principe très stéréotypé, et les oeuvres médiocres abondent, au point que certains en viennent même à définir le genre par ces stéréotypes et renient l'appellation "yaoi" aux rares perles qui parviennent à se distinguer de la masse. Et In these words est indéniablement de celles-là ! Si vous êtes habitué au yaoi, à ses codes, à ses seme et ses uke, à ses récits superficiels sans queue ni tête, oubliez tout cela au risque de recevoir un sacré choc à la lecture de ce manga qui envoie valser toutes les habitudes du genre.
Alors de quoi parle ce fameux manga ? Eh bien pour commencer, précisons qu'il s'agit d'une histoire sombre... très sombre. Et surtout, d'une intensité très particulière qui donne énormément de poids à la lecture. Pour tout vous dire l'essentiel de ce tome consiste surtout en une confrontation d'esprits, où les rêves et la folie imprègnent profondément les pages.
Tout débute quand Katsuya, profiler qui a conduit à l'arrestation d'un terrible serial killer, Shinohara, un esprit malade dans toute sa puissance, se retrouve à interroger celui-ci afin d'éventuellement lui soutirer des aveux. Dès lors, une série de face-à-face se succédera, où les interrogations et les jeux d'esprits malsains mènent à une ambiance terriblement lourde, qui prend aux tripes.
Ces confrontations sont entrecoupés par les cauchemars de Katsuya, toutes ayant trait aux violences sexuelles, et dont Shinohara semble étrangement être la source... Plus leur relation se développe et plus les frontières et la folie et la réalité s'effondrent pour Katsuya. On lit ce manga avec le ventre noué par la noirceur du récit et les révélations qui émergent peu à peu, qui permettent au cauchemar de prendre corps lentement. L'atmosphère lourde mène à un suspens qui ne l'est pas moins, et de fil en aiguille on finit par comprendre la réalité, une réalité non moins terribles que les cauchemars de Katsuya.
Vous l'avez compris, In these words est un récit sombre, mais ne fuyez pas pour cela ! L'"obscurité" est en effet maîtrisée et la psychologie des personnages se montre suffisamment développée pour qu'on y croie les yeux fermés, qu'on comprenne et qu'on se sente dérangés (dans le bon sens du terme !) par les pulsions malsaines de leurs esprits malades ou tourmentés.
Cependant, la force de ce manga ne réside pas seulement dans son édition somptueuse ou sa réussite narrative, mais également dans ses dessins ! Le graphisme d'In these words ne ressemble pas forcément à du manga, dans le sens où il est à la fois très réaliste et très détaillé, prenant bien en compte les spécificités humaines de chaque visage. Les nuances de gris donnent à ce manga l'allure d'une BD plutôt, mais avec un découpage développé et une mise en scène fluide et dynamique, ce qui ne se boude pas. Que ce soient les personnages, les objets ou les arrière-plans, aucun élément graphique n'est négligé et chaque page se révèle une merveille pour les yeux.
Honnêtement, les yaoi cumulant autant de qualités sont exceptionnels. Parmi les titres sortis en France, le seul qui lui arriverait à la cheville serait Sakura-Gari, de Yuu Watase, publié chez Tonkam (d'ailleurs également dans une édition luxueuse), qui est lui aussi un manga sombre, réaliste et torturé, pourvu de très beaux dessins. On comprend sans peine pourquoi Taïfu a autant misé sur cette pépite qui se distingue clairement des yaoi traditionnels. Merci à l'éditeur pour ce cadeau et pour l'avoir enrobé d'un écrin à la hauteur de sa valeur !
Á présent, je n'ai qu'une seule prière : que le second volume sorte dans la même édition... parce qu'une collection dépareillée, pour une série pareille, ce serait vraiment trop dommage ;-)

Date de dernière mise à jour : 19/07/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site