Tomes d'In the walnut

Tome 1

Tome 2

Pour ce second tome d’In the walnut, il s’agit à nouveau de quatre histoires courtes tournant autour de l’art. À travers ses clients, Tanizaki se retrouve mêlé à des affaires pas toujours très nettes, et il décide d’y mettre plus ou moins du sien : tout dépend de si l’histoire de ses clients le touchent, ou encore s’il aurait quelque bénéfice à en tirer… On lit avec beaucoup de plaisir ces chapitres qui sont assez mystérieux et possèdent quelque chose de l’ordre de l’enquête. La narration est mature et parvient à attirer l’attention. Mais une fois de plus, le yaoi n’est là qu’en teinte de fond : hormis un chapitre où Tanizuki vient en aide à son petit ami, ce dernier demeure très en retrait le reste du temps, se bornant à être l’élément décoratif s’extasiant sur le travail de son amant. Ils se bizoutent un peu quand tout est fini, et voilà tout. Leur relation n’est absolument pas le sujet principal de ce manga, qui aurait presque mérité de figurer dans une collection ne portant pas le nom de « yaoi », tellement ce n’est pas là que se situe son attrait, au risque de décevoir ceux ou celles qui en attendent davantage sur ce plan. C’est un peu dommage, car ce manga ne manque certes pas d’intérêts… mais à d’autres niveaux.

Tome 3

 

Voilà encore quelques histoires courtes mettant en scène la galerie d'art In the Walnut ! Ce manga est toujours aussi plaisant à lire ; c'est avec beaucoup de plaisir que l'on découvre des personnages pleins d'humanité ; par ailleurs, l'amour de Tôko Kawai pour l'art se ressent toujours aussi bien et son portrait de l'univers de la restauration de peintures, des faux et des enchères s'avère des plus intéressants pour notre culture générale ! On apprécie aussi, dans l'un des chapitres, l'aperçu qui nous est donné du passé de Tanizaki, car cela nous permet de mieux connaître ce personnage pour le moins mystérieux !
Une fois de plus, le seul regret concerne l'absence totale de yaoi. À part que le personnage principal est en couple avec un garçon rigolo mais relativement absent, il n'y a rien de shônen-ai dans cette série. La relation des deux protagonistes fait partie du décor, ce n'est absolument pas le sujet qui est l'art avant tout. Mais ça, on l'avait compris, et au final, cela rend en fait cette série lisible et conseillable à tous, y compris à ceux qui n'aiment pas spécialement le yaoi, n'hésitez donc pas à partager autour de vous ce manga très particulier ! 

Date de dernière mise à jour : 16/12/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site