Hand Which - Tsuta Suzuki

hand-wich-taifu.jpg

INFORMATIONS

Titre : Hand Which
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Tsuta Suzuki
Editeur : Taïfu
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T

RÉSUMÉ

Hand Which est un recueil de nouvelles. Après avoir été viré de son travail et plaqué par sa petite amie, Sawazu boit un verre pour se détendre avec ses amis. Pendant cette soirée, il annonce «je vais devenir gay !». Après une nuit de beuverie, Sawazu se réveil nu dans son lit mais il n’est pas seul ... Originalité, les personnages secondaires de cette première histoire deviennent les acteurs principaux de la suivante.

AVIS

Tsuta Suzuki s’est d’abord fait connaître en France avec Work In ; malheureusement, Hand Which, qui date de ses débuts, ne parvient pas à égaler ce sympathique one-shot. C’est dû en partie au fait qu’il s’agit de ses premières publications, et donc qu’elle devait probablement faire ses preuves en un chapitre. Quand ça marchait, une suite lui était accolée… Et voilà comment on se retrouve au final avec un one-shot dont les chapitres, pris indépendamment, sont assez sympa même s’ils ne cassent pas des briques non plus, mais dont l’ensemble s’avère quand même vachement boiteux.
Ainsi, dans la première histoire, les gays qui se multiplient : on voit une bande de cinq copains dont deux finissent ensemble, pourquoi pas, mais quand on découvre après que l’un était amoureux d’un autre et ira se consoler dans les bras d’un quatrième, niveau crédibilité ça en prend tout de suite un coup…
Dans le troisième chapitre/la seconde histoire, le sentiment amoureux qui naît trop facilement d’un peu nulle part. Les deux hommes se préoccupent l’un de l’autre mais pourquoi diable finissent-t-ils par coucher ensemble ?
Quant à la troisième, elle dérange de par le côté malsain de la relation sexuelle…
La quatrième, enfin, est un peu trop vite expédiée avec ce voisin qui se tape tout le monde et le petit innocent qui finit dans ses bras. (En fait plus précisément, ce dernier récit aurait peut-être pu être pas mal, mais en étant développé sur un ou deux tomes entiers.)
Au final, Hand Which se révèle un one-shot en demi-teinte, l’ensemble ne tenant pas vraiment la route. Surtout, on retiendra qu’une fois de plus, le quatrième de couverture dissimule le fait qu’il s’agit d’un recueil de nouvelle, et non d’une histoire longue. Ce qui peut donner l’impression s’être « fait avoir » si c’était ce que l’on recherchait. À moins d’aimer le yaoi au point de vouloir acheter tout ce qui sort en France (et c’est ce que je fais, donc je ne juge pas), vous pouvez sans problème faire l’impasse sur ce manga.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site