Bond(z) - Tôko Kawai

INFORMATIONS

Titre : Bond(z)
Genre : Nouvelles ; vie quotidienne, fantasy
Mangaka : Tôko Kawai
Éditeur : Taïfu
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T-M

RÉSUMÉ

Après Cut, Juste au coin de la rue, et Caffe latte rhapsody, Taifu vous propose un recueil de quatre histoires courtes:
1)  Bond(z): la recherche du plaisir, et des limites de celui-ci sont au cœur de cette histoire, où les sentiments de Keita et Tomo vont être mis à rude épreuve.
2)  Situation: les traumatismes d'enfance peuvent-ils influencer les sentiments de You pour son meilleur ami ?

3)  Fairy Garden: et si l'amour ne pouvait durer que le temps d'une floraison?
4)  Sakura: les sentiments peuvent-ils surmonter les différences sociales? venez découvrir l'histoire d'un riche héritier qui doit découvrir au contact d'un salarié ordinaire, ce qu'est le quotidien japonais.

AVIS

Contrairement aux autres manga de l’auteur, ce one-shot ne contient pas une histoire longue mais est plutôt un recueil de nouvelles ; même Bond(z), la plus importante et la plus longue, ne contient que deux chapitres, les autres tenant en un seul.
Bond(z) est un titre qui démarre assez rapidement, le lecteur se retrouvant immédiatement plongé dans le bain. Comme pour Juste au Coin de la rue, Caffe Latte Rapsodhy et Cut, l’œuvre se démarque par sa sensibilité, sa justesse et l’immense crédibilité des personnages dont l’on devine tous les non-dits, tous les tourments intérieurs. Si bien que tout au long de la lecture, on se retrouve environné d’une tension permanente et irrésistible ; avec ses protagonistes flamboyants d’un désir irrépressible et avides de la découverte d’un nouveau genre de plaisir, Bond(z) est très certainement le plus sensuel des manga de l’auteur. Ses seuls points faibles concernent la rapidité de la conclusion et le rôle de figurantes auquel sont réduites les deux filles.
Situation, la seconde nouvelle, s’avère triste et réaliste, avec toujours cette même authenticité chez les personnages, retracés avec la même sensibilité que pour ses autres séries. L’histoire présente un schéma assez classique, un gay qui s’assume et un gay refoulé, cependant le traitement est si bon que l’on n’éprouve aucun sentiment de déjà vu. Une fois de plus, la fille est réduite à un rôle de figurante mais face à tant d’émotions, on le pardonne aisément.
Les deux autres nouvelles s’avèrent sympathiques mais plus inhabituelles par rapport au style de la mangaka. Fairy Garden, notamment, qui de l’aveu de Tôko Kawai elle-même est son seul manga de fantasy ; il présente en effet un cadre fantasmé, princier, et une bonne dose de fantastique. Indéniablement moins mature, mais joliment contée, cette histoire recèle sa part de poésie malgré son étrangeté.
Enfin, Sakura semble être en fait un vieux manga de l’auteur. Cela se perçoit effectivement par le contenu plus farfelu et moins réaliste que son niveau coutumier, et un trait légèrement plus maladroit. Le synopsis présente un personnage riche désirant faire l’expérience de la pauvreté avant son entrée dans le monde du travail ; malgré la légèreté du contexte, au fil de la lecture ce récit parvient à finalement se révéler assez touchant, surtout quand on comprend mieux le personnage d’Ayatsuki.
Dans l’ensemble, ce recueil s’avère une lecture agréable bien qu’il soit sans doute un poil en-dessous des autres titres de Tôko Kawai, ce qui ne l’en rend pas moins supérieur à bien d’autres manga yaoi parus en France.

Sous-pages :

Date de dernière mise à jour : 23/04/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site