Bi no Isu - Reibun Ike

bi-no-su-taifu.jpg

INFORMATIONS

Titre : Bi no isu
Genre : Vie quotidienne, yakuza
Mangaka : Reibun Ike
Editeur : Taïfu
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M+

RÉSUMÉ

Les clans yakuza umezaki et aiga sont sur le point de conclure un accord au terme d'une longue série d'escarmouches… un homme du clan Aiga vient d'être poignardé. Le jeune boss du clan Umezaki, Kabu, met la main sur le coupable présumé, Nirasawa et lui inflige sévices et plaisirs physiques, mais n'arrive pas à le faire parler. "Ça te fait plaisir à ce point de te faire violer par l'homme dont tu étais amoureux, Nirasawa ? Ou bien est-ce que tu te venges parce que je t'ai rejeté ? » Nirasawa, qui ne flanche pas devant la douleur refuse de révéler ses véritables intentions…

AVIS

Ce one-shot se compose de plusieurs histoires courtes.
Celle qui a donné son titre au recueil se compose à l'origine d'un chapitre unique, auquel a été créée une suite en trois chapitres. L'univers se situe dans le monde des yakuza et rappelle le début de Viewfinder, avec une introduction de type SM, où un pauvre malheureux est torturé. Les scènes de sexe sont donc très détaillées et certainement pas tendre. La suite en trois chapitres est plus intéressante à suivre, même si en fin de compte, ce que l'on retiendra de Bi no Isu est son ambiance davantage que son histoire. On y suit des personnages sexy en diable : arrogants, fiers, violents et prompts à infliger la souffrance – et à se blesser, entretenant des relations de type passion/destruction particulièrement extrêmes. Les sentiments sont sous-entendus, mais sous-entendus de façon passionnée.
La seconde histoire est composée de trois chapitres également et met en scène un jeune homme atteint d'un problème érectile suite à un traumatisme. Seulement voilà, le médecin qu'il se décide à consulter est précisément l'ami d'enfance à l'origine de ce traumatisme... Une intrigue donc assez clichée et mise en scène de façon tout aussi malsaine que dans Bi no Isu, avec du sexe forcé et immédiat. En fait, toutes deux ne sont pas trop désagréables à lire mais il faut vraiment les lire en recherchant du fantasme et en aucun cas de la qualité narrative ou du réalisme...
La troisième histoire est en un seul chapitre et c'est sûrement la plus sentimentale de toutes, même si elle est malheureusement bien trop clichée pour réserver des surprises.
Par ailleurs, Bi no Isu surprend par la finesse de son dessin. Les yeux, notamment, ne sont pas excessivement grands ; quant aux corps, on apprécie le soin accordé aux détails de la musculature.
Au final, ce one-shot plutôt cliché dans sa catégorie est à réserver aux amatrices de yakuza et aux yaoistes le splus assidues.

 

Date de dernière mise à jour : 23/12/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site