Aijin Incubus - Rize Shinba

 

INFORMATIONS

Titre : Aijin Incubus
Genre : Fantastique
Mangaka : Rize Shinba
Editeur : Taïfu
Nombre de tomes : 2 au Japon, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

Fujimaru est un adolescent ordinaire, émoustillé par la gent féminine. Comme beaucoup de garçons de son âge, il aime passer du temps seul dans la salle de bains avec des magazines érotiques....Mais fait étrange, un incube, Rei, est tapi dans sa maison pour se nourrir des fantasmes de Fujimaru. Dorénavant, il lui est difficile de mener une vie banale d’adolescent alors que ses hormones déchaînées sont le met préféré du démoniaque incube !

AVIS

Pour moi en tout cas, Aijin Incubus constitue sans doute l’une des meilleures surprises de la rentrée. Le contexte, malgré qu’on l’ait déjà vu quelques fois dans les yaoi parus en France, reste suffisamment original pour attirer l’attention à lui seul. Mais ce « démon des rêves » n’est pas le seul point fort du manga : le graphisme séduisant et la légèreté du ton, principalement comique, contribuent tout autant à rendre cette série géniale à lire !
Au début de l’histoire, l’incube n’est présent que pour le personnage principal, qui est hanté par lui ; c’est l’occasion de certaines scènes cocasses car les autres ne le voient pas, autant dire que notre pauvre héros est se retrouve régulièrement dans des situations inconfortables (quoique…). Mais la mangaka a par la suite l’habileté de faire basculer le rêve dans la réalité, ce qui le rend tout de suite plus concret ! Auparavant, elle se sera permis d’user de pas mal de fantasmes sexuels mis en scène avec le sourire, et cela continuera par la suite… Véritable défilé des désirs secrets des femmes, les passages chauds raviront les amatrices de situations coquines.
Les personnages participent pleinement à l’ambiance plaisante de la série. L’un est un adolescent ordinaire, un VRAI adolescent ordinaire, qui discute sexe avec ses copains (mais pas seulement) et assume ses masturbations. Il adore les filles, même si vraisemblablement les hommes ne le laissent pas indifférents non plus (bon, l’incube a une excuse : c’est un incube). Le seme, quant à lui, s’avère ténébreux mais pas trop : juste ce qu’il faut de charme et de séduction ; ce qui m’a personnellement le plus séduite chez lui est sans conteste son souci extrême du plaisir de son partenaire (vraisemblablement, certes, ça ne lui déplaît pas non plus). Bien que les relations ne soient pas amoureuses, on y sent le désir et le respect de l’autre, le tout couplé à nombre de fantasmes célèbres mais indémodables, dans une ambiance légère où le fantastique n’empiète guère sur un quotidien que l’on reconnaît aisément.
Aijin Incubus s’annonce d’ores et déjà comme une série à ne pas manquer, qui possède certainement le potentiel (rare) de faire l’unanimité ou presque !


 

Sous-pages :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site