Tomes de Loveless

Tome 10

Cela faisait deux ans qu'on l'attendait : la sortie du dixième tome de Loveless est un événement en soi ! Évidemment, après un si long délai d'attente, il y a toujours le risque que nos goûts aient changé, que l'on puisse ne plus aimer la série autant qu'avant. En ce qui me concerne, je dois avouer qu'il m'a été assez aisé de replonger dans l'univers de Loveless et que les étrangetés de la série, ses spécificités souvent dérangeantes voire un peu malsaines, ainsi que ses personnages atypiques, m'ont immédiatement donné des frissons. Loveless, ça se lit lentement et ça se déguste ; le rythme n'est pas foncièrement rapide et ce tome n'est pas particulièrement riche en révélations, mais l'histoire avance, on rencontre de nouveaux personnages et mine de rien de nouvelles pistes s'ouvrent : bref l'intrigue suit son cours en conservant sa qualité élevée. Le graphisme est stable, séduisant malgré des contrastes assez vifs entre le noir et le blanc. Mais surtout, l'ambiance est toujours aussi particulière... On est donc satisfait de retrouver intacte l'atmosphère de la série, et le onzième tome se fera attendre, c'est sûr. 

Tome 11

La magie de Loveless, c'est avant tout une magie d'ambiance. Si le dixième tome, qui s'était fait attendre lui aussi, restituait pleinement cette ambiance, il faut admettre qu'il était cependant légèrement décevant sur le plan événementiel. Ce onzième volume, par contre, contient aussi quelques passages importants et touchants, et à condition de toujours aimer la série autant qu'avant, on prend beaucoup de plaisir à le lire. Évidemment, il reste frustrant de patienter si longtemps pour un livre qui, style oblige, reste assez vite dévoré. Mais quand on aime, on ne compte pas.
L'ambiance de Loveless, c'est un mélange de douceur et de cruauté, d'amour et de perversion. Pas de combats dans ce tome, néanmoins il se passe quelque chose d'important (et émouvant) entre Ritsuka et Sôbi, ainsi que Seimei, enfin réapparu mais sans que l'on en sache vraiment davantage. Ce qu'on sait, c'est qu'on n'a pas fini de découvrir ce protagoniste aussi mystérieux que cruel, ni ses intentions, ni la toile tissée autour de Ritsuka. On retiendra juste une chose : Ritsuka semble enfin prendre conscience de son nom et de la signification de celui-ci. Quant à sa relation avec Sôbi, il semblerait que tout soit encore à construire. De quoi réserver encore quelques passages bien poignants.
Quelque part, ce tome ne nous en dit pas beaucoup ; au contraire, il soulève encore des interrogations. Mais c'est ça, le style de Loveless, et trahir ce style à cause de la lenteur de la parution, ce serait trahir l'esprit de la série. Reste à prendre son mal en patience... encore ! En attendant, on se délecte avec plaisir de cette atmosphère résolument unique, qui en fait en manga tellement étrange, tellement particulier...

Tome 12

 Loveless manga volume 12 simple 209817

L'action reste divisée dans ce douzième tome où les protagonistes principaux sont séparés les uns des autres. Une fois de plus, on a affaire à un opus, lent, très lent, et la fin du tome ne nous avance pas beaucoup par rapport au début.
Est-ce décevant ? Répondre oui serait oublier que depuis son premier tome, tel a toujours été le rythme de Loveless. Languissant, traînant une ambiance lourde et malsaine. La mangaka n'a tout simplement pas changé de style, ce qui est une bonne chose. Et même si cela signifie une torture lorsque le rythme de parution est aussi lent, puisque l'on doit désormais attendre des années avant qu'on ne nous livre quelques miettes.
Cependant, si l'on se souvient que c'est bien pour son atmosphère que l'on a aimé Loveless au début, alors ce tome qui reste fidèle à l'esprit de la série ne s'avère pas désagréable du tout. Tandis que Ritsuka réapprend à vivre, Sôbi traverse ses propres épreuves, affrontant un Seimei qui n'a pas encore, de loin pas, révélé tous ses secrets. Et dont l'esprit tordu et abject semble loin d'être complètement dévoilé encore.
Ce volume nous offre aussi une grosse présentation du nouveau combattant de Seimei, Nisei. Leur relation ne semble pas plus saine que celle qui unissait Seimei à Sôbi. Ce récit contient une cruauté qui donne des frissons... Alternant entre mystères, passages (faussement?) gais et combats toujours aussi pleins d'action (et toujours aussi confus), ce tome ne se montre pas toujours simple à suivre, mais il retient aisément l'attention par son contenu.
Mélange de délice et de frustration en raison de sa lenteur, Loveless poursuit son petit bonhomme de chemin.

Date de dernière mise à jour : 03/09/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site