Lost Memories - Yu Minazuki

lost-memories-asuka.jpg

INFORMATIONS

Titre : Lost Memories
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Yu Minazuki
Éditeur : Asuka
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

Orphelin depuis que ses parents sont morts dans un accident quand il avait 16 ans, Akito vit dans la famille de Kô, son ami d’enfance, qui tient un restaurant-traiteur. Mais, à la suite d’un incident, Akito devient amnésique, incapable de reconnaître ses proches, les lieux qui lui étaient familiers, ou de se rappeler le moindre événement de son passé. Kô, amoureux de son ami depuis déjà longtemps, s’occupe d’Akito comme une mère, essayant de lui faire recouvrer la mémoire. Et si cette amnésie était un nouveau départ pour leur relation ?

AVIS

Ceux qui ont suivi les débuts balbutiants d’Asuka en yaoi se souviennent de manga à la qualité moyenne et aux synopsis tordus, portant souvent sur l’amnésie. Par conséquent, voir réapparaître un manga surfant sur ce thème engendre naturellement quelques appréhensions, en souvenir de cette assez mauvaise époque.
Heureusement, quand on ouvre Lost Memories, on est immédiatement rassuré, d’abord par la magnificence du graphisme. Très fin et détaillé, surtout pour les chevelures, les planches présentent des personnages séduisants, qui ont la classe et dont un seul regard suffit à vous chambouler le cœur.
La narration ne se place pas du point de vue du personnage amnésique, même si certaines pages se pencheront sur ses pensées ; la majeure partie du récit est racontée par son meilleur ami, qui est amoureux de lui et tente de l’aider à se remettre de sa maladie. C’est un intéressant changement de perspective par rapport aux autres manga qu’on avait déjà pu lire et qui traitaient de l’amnésie. La façon dont on parle de cette dernière n’est cependant pas vraiment plus réaliste médicalement parlant, et il y a aussi quelques clichés comme par exemple la réapparition d’une ancienne petite amie qui va précipiter le cours des choses entre nos deux protagonistes ; néanmoins la qualité de l’histoire aide aisément à passer au-dessus de ce petit défaut pour simplement profiter d’un récit tout en pudeur, où les sentiments tiennent une place primordiale.
Yu Minazuki a un style classique, beau et efficace. Elle met bien en valeur les sentiments des protagonistes, par des angles de vus, des plans et une narration écrite judicieux. On se laisse porter par la sensibilité et la justesse de personnages auxquels on s’identifie très facilement. Le rythme, également, pousse à toujours vouloir connaître la suite, puisqu’elle ponctue régulièrement l’intrigue de brefs mais intenses moments d’adrénaline, où les personnages perdent le contrôle et où la lecteur attend la suite, le cœur battant.
Il s’agit au final d’une très belle histoire, émouvante et bien faite, sans excès, et suffisamment crédible pour qu’on s’y laisse prendre. L’histoire courte qui complète le volume présente un synopsis plus simpliste en raison de son faible nombre de pages, mais pour le reste elle possède exactement les mêmes qualités. Un manga à se procurer sans trop d’appréhensions.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site