Tomes de Junjô Romantica

Tome 1

 

Ce volume est séparé en deux parties, présentant les débuts d’histoire des couples de Junjô Romantica et Junjô Egoist. Si le graphisme, peu gracieux, peut déranger de prime abord, on se laisse néanmoins très vite emporté par le côté très sentimental de l’intrigue. C’est plein de sentiments et de personnages charmants, il y a aussi juste ce qu’il faut d’humour et la lecture s’avère très agréable et emplie d’émotions. Que les faits se déroulent assez rapidement permet de ne pas traîner et de prendre un constant plaisir à la lecture. Définitivement le yaoi incontournable !

Tome 2

 

Le temps a passé pour le couple Romantica comme pour le couple Egoist (mais le saut temporel est beaucoup plus important pour ce dernier). Bien que la rupture d’un chapitre à l’autre soit abrupte, cela permet de faire avancer l’histoire sans piétiner, en se concentrant sur les passages-clefs des relations sentimentales de nos protagonistes. Et évidemment c’est toujours aussi agréable à lire, aussi romantique, aussi drôle et touchant ! Durant ma première lecture, la maladresse graphique m’avait un peu dérangée durant les scènes de sexe, mais ce défaut ne m’a plus du tout dérangée, et au contraire j’ai admiré le doigté avec lequel elles sont insérées. Junjô Romantica est un manga qui peut se relire ad vitam aeternam avec toujours un plaisir égal !

Tome 3

 

Misaki s’interroge sur ses sentiments sur Usagi, notamment quand son frère annonce son retour imminent, tandis que Nowaki tombe malade. Il y a toujours de l’avancée temporelle entre les différentes parties d’histoire, mais elles ne sont pas aussi grandes que dans les volumes précédents et ce n’est pas trop perturbant. Dans tous les cas, on en est toujours à des passages-clefs des relations entre les protagonistes, de sorte que la série ne perd rien de son intérêt et reste toujours aussi sentimentale et romantique. Il y aun léger mieux graphique par rapport au premier tome, et la lecture est toujours fluide et les scènes plus chaudes bien insérées. Unique petit regret pour la fin qui est assez frustrante et constitue un véritable appel au tome 4 immédiat ! La qualité de la série ne descend pas d’un poil.

Tome 4

Bien que les gays aient tendance à être trop nombreux dans Junjô Romantica, c’est quelque part, justement le fait que les personnages se connaissent et qu’une sorte de cross-over soit mise en place au sein même du manga, qui donne un charme caractéristique à cette série. Comme d’habitude, la lecture est légère, drôle (ah, les mimiques des personnages !) et surtout très sentimentale, avec notamment des scènes de sexe insérées avec beaucoup de naturel. Malgré son graphisme peu séduisant (mais qui s’améliore de tome en tome), la mangaka réussit parfaitement toucher le cœur du lecteur par des plans et des mises en pages très expressives ; la narration et le rythme sont également très bons et remplissent parfaitement le but distractif de la série. L’histoire se développe en se penchant sur le passé des personnages. Passionnant ! 

 

Tome 5

Ce tome contient deux chapitres de Junjo Romantica, où l’on retrouve avec plaisir nos deux protagonistes dans une intrigue délirante, dynamique et romantique à souhait. Cependant, le plus marquant reste le début de Junjo Egoist, qui met en scène le troisième couple de la série, dont l’un des deux protagonistes principaux est le seul de tous à avoir déjà connu l’amour par le passé. Cette partie aborde le deuil, ainsi que la différence d’âge (celle-ci étant encore plus marquée que pour les deux premiers couples), la beauté de la formation de ce duo consistant précisément en le fait de retrouver la naïveté d’un amour de jeunesse ; après tout, c’est bien parce que les sentiments de Shinobu font écho à ceux qu’il a pu éprouver autrefois que Miyagi finit par les accepter… Avec tous ces personnages, l’histoire se permet aussi des cross-over de plus en plus marqués, pour notre plus grand bonheur ! 

Tome 6

Les deux du tome sont consacrés à Romantica, et au fameux épisode des fraises, sans doute l’une des parties les plus plombantes de la série. En effet, le délire y est poussé trop loin et il devient dur d’y adhérer en restant dans les limites de la crédibilité, sans parler de l’intervention du frère qui aggrave le syndrome « tous les personnages sont gays », jusque-là partiellement excusé par le plutôt sympathique effet de cross-over entre les trois intrigues. La partie Egoist ne fait dans le volume qu’une brève incursion et paraît assez anecdotique. Finalement, l’intérêt vient plutôt avec Terrorist, où la relation entre les deux personnages n’a pas fini de se construire ! Malheureusement, comme un seul chapitre est dédié à cette partie, on ne profite que trop courtement de ce qui s’annonce comme une avancée décisive pour le couple ; les dernières pages s’achèvent même sur un suspens qui nous laisse sur notre faim.  Si ce volume n’est pas le plus inoubliable de la série, la suite promet indéniablement du meilleur. 

Tome 7

Ce tome fait avant tout la part belle au couple Junjô Terrorist, qui va enfin se construire et se finaliser. La jeunesse du jeune héros, qui est très immature et impulsif, ne lui permet pas de comprendre les sentiments de Miyagi ni la place du deuil, thème largement abordé dans Terrorist. Même si son comportement est parfois agaçant, cela n'empêche pas la sincérité de ses sentiments de toucher le coeur de la lectrice, également éblouie par "l'homme mûr" qu'est Miyagi. Dans l'ensemble, on reste fidèle à la série en mettant en avant les sentiments avant tout ; même les scènes de sexe ne sont là que pour montrer la quintessence des sentiments, et grâce à leur insertion intelligente, elles remplissent brillamment leur rôle. La seconde partie du tome met en scène le couple Junjô Romantica, qui continue pour sa part à tourner en rond en proposant un gay de plus : distrayant, mais pas forcément à la hauteur de la qualité qu'est capable de proposer la série. Ceci dit, la lecture reste appréciable, drôle et sentimentale, ce qui correspond à ce que veut offrir cette série. Si ce sont ces critères que l'on recherche, on reste sûr d'apprécier malgré tout !

Tome 8

C'est le couple Junjô Romantica que l'on retrouve principalement dans ce tome, pas forcément pour notre plus grand plaisir après l'épisode assez pénible des fraises et du frangin. Ce volume fait de prime abord craindre un humour répétitif en présentant le père et les ours aux saumons, en continuité avec le frère et les fraises. Heureusement, il y a aussi en parallèle une autre intrigue, axée sur les sentiments de Misaki envers Usagi, domaine sur lequel il reste de quoi faire. Même si en fin de compte le rebondissement final ne s'avère pas très original, il met en valeur les sentiments des protagonistes et, comme à l'accoutumée, nous offre une sexe de sexe bourrée d'émotion et intelligemment insérée. C'est aussi une bonne initiative de la part de la mangaka d'être revenue sur les événements du premier chapitre de la série.
Cependant, et en un seul chapitre disponible tout à la fin, c'est une fois de plus Junjô Egoist qui se révèle la partie la plus intéressante du tome, grâce aux caractères marqués des personnages, en particulier le plus jeune, encore immature mais justement en pleine évolution. Ce nouvel incipit semble promettre une nouvelle histoire passionnante, que l'on se réjouit de découvir dans le tome 9.

Tome 9

Contre toute attente, ce n'est pas le couple Junjo Egoist qui occupe ce tome, mais le couple Junjo Romantica. Les précédents tomes ne nous avaient pas montré ce duo sous son meilleur jour, avec une intrigue peu passionnante et un humour si délirant qu'il en devenait plus pénible que drôle, cependant et pour notre plus grand bonheur, on assiste dans ce volume à une relève spectaculaire du niveau de la série. Le tome 8 nous avait montré Usagi et Misaki franchir un certain cap dans leur relation, et les événements de celui-ci vont les faire évoluer une fois de plus. Fini les énergumènes dont la seule existence au sein du manga paraissait être de leur mettre des bâtons dans les roues : l'histoire se recentre sur le couple et les liens des deux protagonistes, sur leur entente et leur évolution à deux. Leurs sentiments à tous deux sont à la fois plus clairs et plus matures, et l'insertion des scènes de sexe, faite une fois de plus avec intelligence, nous dresse le quotidien d'un couple comme n'importe quel autre, dans lequel on irait même jusqu'à se reconnaître un peu. On renoue donc avec un certain réalisme, en tout cas une certaine crédibilité, et l'histoire est un vrai plaisir à lire. La mangaka nous fait même la grâce d'approfondir un peu les personnages jusque là si agaçants du frère et du père d'Usagi, allant jusqu'à peut-être expliquer leurs motivations, moins superficielles qu'elles n'y paraissaient. Même si l'humour et le sourire finira toujours par l'emporter, mais de la bonne façon cette fois. Espérons que la série continue sur cette voie ! 

Tome 10

Pour ceux qui avaient vu l'anime, Junjo Romantica entre maintenant la partie "inédite", qui n'a pas connu d'adaptation. On continue avec Usagi et Misaki, le couple le plus avancé de la série, et celui sur lequel il n'y a plus grand chose à dire, d'où une lecture certes sympathiques et distrayante mais un peu "planplan" et sans intérêt véritable au final. Le père et le frère continuent à s'en mêler, ce qui devient lassant à force, mais au relèvera que sur l'un des deux au moins Misaki finit par prendre une décision ferme et s'y confronter une fois pour toutes en reconnaissant ses sentiments qu'il tentait de garder dans le flou jusque là. Il n'y a pas grand chose d'autre à dire... Le chapitre de Junjo Egoist n'est qu'un bonus de quelques pages qui ne nous permet pa sde vraiment retrouver l'univers de la série avec ces protagonistes. Dans l'ensemble, c'est un tome qui n'apporte pas grand chose à la série, mais pour qui l'aime il sera agréable à lire quand même et on le referme avec l'impression d'avoir passé un bon moment, même si pas un moment inoubliable.

Tome 11

C'est à nouveau Misaki et Usagi le couple principal de ce volume. Le premier chapitre n'est guère passionnant : on y voit Usami père revenir à la charge pour tenter de convaincre son fils de se séparer de son petit ami, ce qui va se régler à peu près de la même manière que les autres fois. Du déjà-vu donc, où le plaisir à lire est dû à l'humour et la romance davantage qu'au scénario. Heureusement, la mangaka semble s'être rendu compte qu'elle n'avait plus rien à dire sur ce couple en l'état actuel puisqu'elle effectue, dès le chapitre suivant, un bond temporel qui lui permet de situer ses protagonistes dans une nouvelle situation et les mettre face à d'autres défis. On regrettera juste qu'en fait de compte, les obstacles se dressant sur leur route soient peu ou prou les mêmes que par le passé : arrivée d'un rival (encore un gay, comme le pense -à raison- Misaki !) et intervention du frère de Misaki pour mettre ce dernier face au fait que la situation actuelle ne pourra pas durer éternellement et qu'il faudra bien un jour que la vérité sur leur relation éclate au grand jour. Dans les deux cas, ce sont des ressorts qu'on avait déjà pu lire dans les tomes précédents, donc même si on se doute (et qu'on l'espère) une issue différente, il n'en reste pas moins une certaine impression de tourner en rond et de toujours lire la même chose. Heureusement le style reste très sympa, avec un graphisme qui s'est largement embelli depuis le début, néanmoins il serait temps que ce manga évolue ou sache s'achever afin de rester ce yaoi culte qu'on adore tant. 

Tome 12

C’est une fois de plus Misaki et Usagi qui ont la vedette de ce tome. Alors que le cousin d’Usami est toujours sur les lieux à empoisonner l’air de Misaki, on découvre finalement que le père Usami pourrait bien être sur le coup à nouveau… Mais son intervention ne va-t-elle pas, une fois encore, renforcer les liens unissant nos deux protagonistes ? Cette série reste fidèle à elle-même : drôle et pleine de sentiments, toujours aussi agréable et sympathique à lire. On a néanmoins une légère impression de tourner en rond et on se demande quand Misaki et Usagi daigneront enfin faire un VRAI pas en avant, avec la famille de Misaki notamment… La lectures reste donc agréable et dans la lignée de la série, mais on sent que ça commence à tirer un peu en longueur, sans pour autant que la lassitude ne s’installe mais pour combien de temps ?
Les protagonistes de Junjô Egoist n’apparaissent quant à eux que le temps de courts chapitres bonus, mais (et ce n’est pas nouveau) ces quelques pages réussissent à en dire autant sinon plus que les deux longs chapitres accordés à Junjô Romantica.
Semblant promettre une péripétie où Misaki partira en voyage (malgré lui) avec toute sa clique, le volume suivant n’annonce ni originalité ni amélioration particulière. On attend néanmoins de voir.

Tome 13

Junjo romantica manga volume 13 simple 72256

Alors que j'étais assez sceptique sur la suite de ce manga, j'ai pu constater avec satisfaction que je m'étais complètement trompée ! En fait, je n'avais pas eu autant de plaisir à lire un tome de Junjô Romantica depuis bien longtemps. Même s'il y a toujours des sous-entendus sur d'éventuels rivaux, la mangaka ne joue pas que sur cette ficelle et dresse des romances en forme de fausses-pistes qui rendent finalement le tout assez complexe... mais surtout, très drôle ! Elle n'oublie pas que la gent féminine existe et continue de nous montrer les questionnements de Misaki sur son avenir. Le jeune homme cherche sa voie et c'est un vrai plaisir de le voir, peut-être, se trouver ! Le personnage du mangaka est également excellent, pas seulement parce qu'il a la classe, mais aussi parce qu'il introduit une dynamique intéressante au scénario. Voir Misaki et Usagi faire preuve d'attentions l'un envers l'autre, ou de petites jalousies, s'avère plus jouissif que jamais ! Bref, même si les deux autres intrigues restent un peu trop mises de côté depuis quelque temps, la partie Romantica a vraiment retrouvé du poil de la bête. Drôle, léger, envoûtant, ce tome montre que la série est en grande forme ! 

Tome 14

Junjo romantica manga volume 14 simple 76158


Tout comme le précédent, ce tome profite totalement du nouveau souffle donné à la série par l'ellipse temporelle, et il se révèle tout aussi délicieux, drôle, passionnant, bref : charmant ! Pour notre plus grand bonheur, Junjô Romantica a renoué avec l'excellence des débuts, et c'est avec beaucoup d'intérêt que l'on suit le parcours de Misaki, qui doit désormais faire face à de nouveaux défis et évoluer en affrontant de nouvelles situations. La galère des entretiens d'embauche et de la recherche d'emploi, les espoirs et le stress liés aux candidatures et attentes de réponses, sont parfaitement retranscrites par la mangaka et on se sent pris d'un certain suspens au fil des pages. L'humour n'est jamais laissé de côté, tout comme la romance qui reste constamment présente. Alors que Misaki est à une étape délicate de sa vie, la façon dont Usagi le soutient ou parfois, fait les frais de son humeur, leurs réactions et leur couple se révèlent touchants comme tout et aussi très évocateur : impossible de ne pas penser à son expérience personnelle si on l'a vécu ! Leur relation reste très touchante ; le cocktail de gags, de romance et de vie quotidienne se montre parfait. On ne décroche pas avant la dernière page !

Tome 15

Junjo romantica manga volume 15 simple 209515

Tandis que Misaki finalise ses études en vue de sa nouvelle place de travaille, il croule sous les félicitations et invitations, qu'il a bien du mal à décliner sans éveiller la jalousie maladive de son compagnon... Bien que plein de scènes romantiques à souhait et possédant une narration fluide et d'assez jolis dessins (en tout cas en comparaison avec le début de la série), ce tome de Junjo Romantica ne parvient pas à séduire autant qu'il le devrait. La faute à une intrigue assez lente et pourvue de ressorts répétitifs que l'on a déjà vu précédemment. La relation entre Misaki et Usagi n'évolue pas réellement ; les motifs de jalousie et les "tactiques de dissimulation" devenant à la fois déjà-vu et un peu lassantes. Le charme est toujours présent, mais il n'opère plus avec autant d'efficacité. L'intrigue s'étire en longueur, et on se demande si la mangaka trouvera les ressorts nécessaires pour renouveler son manga et éviter qu'il ne deviennent ennuyant. L'avenir nous le dira.

Tome 16

Junjo romantica 16 asuka


Bien que je trouve que la série commence à tirer en longueur, j'ai pourtant pris beaucoup de plaisir à lire ce tome qui présente de nouvelles tribulations de couple. Misaki doit faire face aux sentiments amoureux d'Ijûin, son idole, qui est bien décidé à se battre à la loyale, tandis que Hiro et Nowaki peinent à concilier leur vie de couple avec le travail très prenant du jeune médecin. 
Du côté de Misaki et Usagi, l'intrigue se montre certes très répétitive mais je dois avouer que j'ai retrouvé autant de plaisir à suivre l'évolution de leur relation, leur manière de se montrer leurs sentiments mutuels, de s'inquiéter ou de se rassurer l'un l'autre. Je comprendrais tout à fait que certaines lectrices se laissent gagner par l'ennui à la lecture du énième gay qui intervient pour tenter de "piquer" Misaki, mais ça reste drôle et bien raconté, avec un graphisme amélioré, alors pour peu de ne pas dévorer tous les tomes à la suite, ça reste tout à fait potable. 
La partie sur Hiro et Nowaki reste également répétitive, avec toujours les mêmes questionnements sur l'importance de passer du temps ensemble mais aussi de tolérer que l'un des partenaires privilégie sa carrière... Et toujours les mêmes doutes et toujours les mêmes réconciliations. Néanmoins là aussi je me suis laissée prendre au jeu, la grande émotive que je suis s'est laissée submerger avec beaucoup de plaisir, et j'ai bien aimé aussi. 
Bref, tout ça pour dire, c'est vrai que ça devient longuet et répétitif, mais pour ma part le plaisir ne diminue pas forcément, il faut admettre aussi que je montre très peu exigeante avec cette série... 

Date de dernière mise à jour : 20/10/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site