Egoistic Blue - Mio Tennohji

egoistic-blue-asuka.jpg

INFORMATIONS

Titre : Egoistic Blue
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Mio Tennohji
Éditeur : Asuka
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

Chiaki Nakura, manager dans un grand hôtel de luxe, se voit obligé de jouer le concierge attitré d'un richissime héritier grec, Harry Christophoros. D'abord indigné par son arrogance, le jeune manager se laisse peu à peu submerger par le bleu profond des yeux du séduisant étranger. Mais il va très vite déchanter en découvrant le secret qui se cache derrière sa venue…

AVIS

Avec Egoistic Blue, on pénètre dans une ambiance envoûtante où un riche charismatique héritier se retrouve à entretenir une relation mystérieuse avec un hôtelier qui paraît ordinaire... Pourquoi s'intéresse-t-il autant à lui et quel est son but ? Durant le premier chapitre, ce manga entretient délicieusement le mystère, malheureusement la révélation s'avère décevante de par son côté à la fois classique et bien trop tordu. Les sentiments des personnages ne sont pas traités avec beaucoup de crédibilités : ils tombent amoureux tout de suite et vont direct au lit...
Le second chapitre offre une structure semblable, où le mystère vient cette fois des manigances du secrétaire de Christophoros, tandis que parallèlement Chiaki est saisi de doutes quand il comprend à quel point lui et Harry ne viennent pas du même monde. Par la suite, on voit aussi débarquer une rivale en la personne d'une femme aussi riche qu'horripilante. Autant d'obstacles peu originaux et traités avec une certaine superficialité.
Si on est d'abord séduit par le charisme de Christophoros, les dessins franchement beaux sur lesquels il n'y a rien à redire et l'ambiance un peu mystérieuse, on déchante bientôt face au classicisme des problèmes et la personnalité très peu attachante dse différents protagonistes, dont les sentiments sont à la fois trop rapides et profonds pour qu'on y croie. Le final est également décevant avec l'intervention un peu facile d'une grand-mère pour dénouer le tout et une cérémonie bien trop solennelle pour le temps que les personnages ont passé ensemble.
Le dernier chapitre est consacré à Carl, le fameux secrétaire, qui vit sa propre histoire homosexuelle quant il assiste au retour d'un ami perdu de vue plusieurs années auparavant. Le récit se laisse lire, mais ne se révèle pas très intéressante dans sa majeure partie, sauf vers la révélation finale qui par ailleurs s'avère clichée et trop rapide... Le coup de la fidélité du valet commence aussi à faire trop déjà-vu, même si ça a toujours ses adeptes.
En fin des compte, un manga pas si désagréable à lire mais qui n'a pas grand mérite non plus. Il vaut surtout pour ses beaux dessins.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site