Tears in animal's eyes - Hitomi Mito

 Tears in animal s eyes manga volume 1 simple 214344

INFORMATIONS

Titre : Tear's in animal's eyes
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Hitmi Mito
Éditeur : IDP
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

Naru Samejima, dit « Samejima l’imbattable », est un yankee qui aime la bagarre, mais la seule personne à qui il ne peut tenir tête est Toraji, son ami d’enfance de deux ans son cadet. Il répète toujours qu’il finira par lui faire la peau un jour, mais quand celui-ci lui murmure « Naru-chan » à l’oreille en le touchant, pourquoi ne peut-il pas lui résister… !? Outre cette histoire mettant en scène un jeune sadique et un délinquant, découvrez aussi, entre autres, l’histoire d’amour de deux scientifiques obstinés, ainsi qu’un amour maladroit entre un professeur et son élève !

AVIS

Tears in animal's eyes est une nouvelle en un chapitre qui possède une suite, Kiss to the beast, en un chapitre également, ainsi qu'un bonus, Love the Beat. Une deuxième histoire courte lui fait suite, intitulée Renai Code, ayant également son bonus, nommé Gomenne Code.
Disons-le tout de suite, je n'ai pas aimé ce one-shot. Pour commencer, le graphisme est pauvre est pas très séduisant, et bien sûr il n'y a ni arrière-plans ni trames, ce qui est habituel chez IDP. Le découpage manque de fluidité, mais le plus agaçant, c'est l'usage prédominant par l'auteur des stéréotypes du yaoi, au point qu'elle va jusqu'à les cumuler pour en utiliser plusieurs à la fois.
Ainsi, Tears in animal's eyes présente un énième récit au sujet d'un "voyou" que son meilleur ami va faire tomber dans ses bras. L'homosexualité est immédiate, le sexe aussi ; le scénario se montre hyper rapide, sans introduction, la conclusion précipitée et le tout absolument pas crédible.
Dans Kiss to the beast, Toraji devient le professeur particulier (!) de Naru et la Saint-Valentin va également pointer le bout de son nez. Là aussi, le sexe est immédiat, rendant l'histoire ridicule de même que la pseudo-romance et la jalousie enfantine des protagonistes.
Love the beast n'est qu'un bonus sexuel sans scénario.
Dans Renai Code, changement de cadre. On suit un couple déjà formé mais dont les membres travaillent trop, ce qui provoque des doutes au sujet de leur couple. Là aussi, le synopsis ultra-cliché fait qu'on lit ce manga "comme on mange des chips" : on l'engloutit, avec éventuellement un petit plaisir sur le moment, mais on l'oublie aussitôt. Narrativement, cette histoire bénéficie d'une introduction plus détaillée, malheureusement elle n'est pas complète, ce qui en gâche le peu de positif.
Quant à Gomenne Code, c'est également un bonus qui ne raconte rien et ne sert à rien.
Je n'ai pas éprouvé de plaisir particulier à lire ce manga bien trop convenu et déjà-vu, et pas bien raconté. Dommage.

Date de dernière mise à jour : 01/09/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site