Let's live in the country - Haruka Momozuki

Let s live in the country manga volume 1 simple 214812 

INFORMATIONS

Titre : Let's live in the country
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Haruka Momozuki
Éditeur : IDP
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

Mitsuru, diplômé de l'université, n'a toujours pas de travail et passe la plupart de son temps chez ses parents à ne rien faire. Agacée, sa mère l'envoie à la campagne afin qu'il fasse enfin quelque chose de sa vie en aidant son père à travailler aux champs. Mitsuru y rencontre Shôichi, un agriculteur enjoué et naïf, qui a le coup de foudre pour lui dès qu'il le voit. Shôichi aimerait pouvoir faire de Mitsuru la personne qui partagera le reste de sa vie, mais Mitsuru déteste la campagne et l'agriculture, et n'a qu'une envie, celle de retourner à Tôkyô…

AVIS

Encore un yaoi que je n'ai pas aimé... Let's live in the country est un manga en trois chapitres. Cependant, il ne s'agit pas d'une histoire longue, mais bien de trois histoires courtes qui reprennent les mêmes personnages et se situent chronologiquement à la suite. La nuance est importante, puisque chaque chapitre est très rapide et pas du tout développé.
Concernant l'histoire... Comment dire ? J'ai trouvé que c'était juste n'importe quoi. Il n'y a aucune crédibilité, ni chez les personnages, ni dans les situations, ni dans les événements, encore moins dans les relations humaines, les personnages ne sont même pas attachants, évidemment on saute au sexe à peu les prénoms échangés. L'histoire n'est drôle, ni distrayante, bref je ne suis pas rentrée dedans et je n'ai pas pris de plaisir à lire ce manga.
Pour ne rien arranger, le graphisme est moche. Les dessins ressemblent à des esquisses, bien entendu sans arrière-plan ni trame, ce qui donne vraiment des planches très, très, très pauvres visuellement.
Après Let's live in the country, on trouve I already know what love is et I already know what love is, qui reprend les mêmes personnages en mettant en scène un autre couple. Bon vous l'aurez compris, c'est encore un titre multi-gay, et bien que ce soit le même univers, ce sont deux histoires en un chapitre. Là aussi, tout est très rapide, on n'a pas le temps de s'attacher aux personnages ni rien... Avec plus de développement, l'histoire aurait pu être agréable à lire ; certainement pas originale ni crédible, mais au moins agréable à lire. Ce n'est même pas le cas.
Reste une dernière nouvelle, indépendante et très courte : Under the skin. Une histoire de fantasmes et de sous-vêtements féminins comme on en trouve des tas et tellement tordue que pour ma part en tout cas, je ne pourrai jamais adhérer à ce type de récits. Certains lecteurs pourront peut-être y trouver de l'humour, moi pas.
Bref, un one-shot dont j'aurais pu aisément me passer et qui ne m'a pas apporté grand chose.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site