Dr Virgin - Alto Aoyama

 1069

INFORMATIONS

Titre : Dr Virgin 
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Alto Aoyama
Éditeur : IDP
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M+

RÉSUMÉ

Impossible d’avoir une érection, et impossible de jouir... Satoru Andô, neurologue, est impuissant. C’est comme ça depuis qu’il est né, et de toute sa vie, il n’a jamais eu d’érection. En d’autres termes, c’est un puceau des plus purs qui soit, n’ayant aucune expérience sexuelle et n’ayant jamais éjaculé non plus. Même après être devenu médecin et entrepris des recherches, sa situation ne s’améliore pas. Mais un jour, Kamijô, le jeune physiothérapeute qui lui tape sur les nerfs, apprend son problème et lui dit : « Je peux vous faire de la rééducation, je suis un pro ». Mais que compte-t-il lui faire… ?

AVIS

La couverture annonce d'emblée le ton de ce manga : ce sera du sexe et rien d'autre... Autant dire qu'en ce qui me concerne, je n'ai pris une once de plaisir à lire ce manga. Il vaut vraiment aimer le genre sans queue ni tête. Déjà, ce sont des histoires courtes : celle avec le médecin (quelle originalité) fait deux chapitres, ensuite on a deux chapitres aussi mais avec des couples différents, dans lesquels on visite une entreprise avec des pseudo-vampires (mais le fantastique n'est présent qu'en paroles) tandis que la dernière personnifie des jeux de cartes et montrent des séances de SM ou plutôt de torture. Je pourrais parler de ces histoires de façon distincte en m'intéressant à chacune tour à tour, mais honnêtement elles ont tellement toutes les mêmes défauts que ça n'en vaut franchement pas la peine. En résumé, elles sautent directement au sexe, lequel n'est même pas consentant et ce, de façon avouée ; les personnages confondent le sexe avec l'amour, autrement dit : violer est une preuve d'amour et coucher une démonstration d'amour, etc. Ajoutons à cela que les situations et répliques sont complètement ridicules, en particulier dans les chapitres avec les pseudo-vampires et la fabrique de tomates, et on obtient tout ce que je déteste. Dans ses wilds talks, la mangaka montre une vraie passion pour ce genre d'histoires et de personnages, mais j'ai vraiment de la peine à comprendre en quoi est possible de trouver un quelconque plaisir à lire (ou créer) des récits aussi creux, superficiels, grossiers et irréalistes. Bref, ce n'est pas pour moi. Mais il y a indéniablement un public pour ce type de yaoi, sinon le marché ne serait pas pollué par autant de titres de ce genre.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site