Beautiful man in material room - Sayo Okada

beautiful-man-in-material-room-idp.jpg


INFORMATIONS

Titre : Beautiful man in material room
Genre : Vie quotidienne, Fantastique léger dans une seule nouvelle
Mangaka : Sayo Okada
Éditeur : IDP
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T

RÉSUMÉ

Izumi est muté aux archives de son entreprise et y rencontre un bel homme taciturne : Kurosawa. En réalité, Kurosawa est à ce poste pour gérer des problèmes internes sous son air impassible. Ce dernier devrait détester son nouvel collègue mais… Et s’il lui plaisait ?

AVIS

Avec ce manga, nous avons affaire à un recueil d’histoires courtes, toutes en un seul chapitre. S’il y a bien un point qui rend ce manga agréable, c’est que les scènes de sexe sont quasi-inexistantes ; bien qu’évoquées, elles n’envahissent pas tout le manga et c’est vraiment rafraîchissant. Non pas que j’aie quelque chose contre les scènes de sexe, bien au contraire puisque je les apprécie beaucoup quand elles sont insérées intelligemment comme dans Junjô Romantica, Ze ou encore Haru wo date ita, mais c’est juste qu’il y a beaucoup trop de yaoi dont le seul intérêt est le sexe et dont les « intrigues » sont juste des excuses pour en mettre. Là, ce n’est pas le cas ; l’accent est mis sur le scénario et sur les sentiments, ce qui est un très bon point pour ce manga.
Après, si j’ai malgré tout eu un peu de peine à accrocher à la plupart des nouvelles incluses dans ce recueil, c’est surtout parce que pour la plupart, elles ont un synopsis de base disons, peut-être un peu trop original. Il y a presque toujours un élément tellement improbable qu’au final c’est difficile de rentrer dedans. Par exemple, dans la première nouvelle, le personnage principal est un hétéro dont les hommes (hétéros) finissent souvent par tomber amoureux de lui, si bien qu’il en a une crainte instinctive dès qu’il se retrouve en situation rapprochée avec un homme tandis que dans la troisième, un homme se retrouve à supporter le petit ami d’un ami qui lui est « confié » presque comme un paquet de bibelots. Je ne vais pas les détailler toutes, mais quoi qu’il en soit, ces récits sont souvent assez étranges dans leur conception. Néanmoins, l’avantage c’est qu’on n’a pas l’impression de relire des histoires fades déjà écrites/dessinées des milliers de fois. On a l’impression de découvrir quelque chose, ce qui est plutôt sympathique dans le fond.
En ce qui concerne le dessin, c’est très correct. Le trait est plutôt joli quoiqu’assez impersonnel, et comme souvent, on regrette l’absence presque totale d’arrière-plans qui laisse les pages très blanches, voire un peu vides. Par ailleurs, les visages des personnages manquent un poil d’expressivité mais heureusement, la narration et les dialogues parviennent assez bien à pallier ce défaut.
Dans l’ensemble, Beautiful in material room reste un yaoi plutôt sympathique, qui ne se distingue pas particulièrement mais qui constitue néanmoins une lecture distrayante.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site