Playback - Shimaji

 

INFORMATIONS

Titre : Playback
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Shimaji
Éditeur : Éditions H
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T-M

RÉSUMÉ

Un patchwork de sentiments signé Shimaji qui nous dévoile 4 histoires d’amour vibrantes ! Une romance impossible sur le lieu de travail, une liaison contre-nature entre un prof et le grand frère d’un de ses élèves, deux frères qui n’arrivent pas à se détacher l’un de l’autre, et, évidemment, deux amis d’enfance qui ne peuvent pas s’oublier…

AVIS

Ce volume contient quatre histoires courtes. Bon, première chose à relever, elles sont mal séparées visuellement et en feuilletant juste le manga on sait pas forcément où s’arrête laquelle. De plus, toutes ont une mini-conclusion qui est chaque fois rassemblée à la fin du volume, ce qui n’est pas pratique du tout.
Dans l’ensemble, elles présentent globalement les mêmes qualités et défauts. Le trait est agréable sans être franchement remarquable. La vie quotidienne se trouve au cœur de ces tranches d’existence, on se trouve donc face à un manga réaliste et sans exagération. Ce qui ne veut pas dire que ce soit toujours très réussi : l’atmosphère générale dégage en effet une impression de mollesse qui se révèle vite endormante. Les sentiments des personnages sont traités tout en subtilités, pour une fois je dirais même avec beaucoup trop de subtilité ! Si bien qu’on ne voit guère leurs sentiments évoluer de parts et d’autre : ceux-ci semblent plutôt tomber de nulle part, comme si l’amour naissait naturellement de façon réciproque, et qu’ils suffissent que les deux personnages s’en aperçoivent – en même temps, s’il-vous-plaît ! – pour que le couple se forme dans la facilité. Poétique, certes. Mais pas très palpitant.
Le rythme est tranquille, on dira même lent ; parfois, quelques pointes d’humour se glissent mais sans grande efficacité. Les fins, en comparaison, paraissent presque précipitées et coupent court à toute velléité de développement, ce qui est vraiment dommage car en fin de compte on reste légèrement frustré.
Oh, ce manga n’est pas mauvais, loin de là. Mais contrairement à Sugarmilk, il ne justifie guère son prix élevé.

Sous-pages :

Date de dernière mise à jour : 21/01/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site