Le Jardin de lierre - Setsuko Katoh

INFORMATIONS

Titre : Le jardin de lierre
Genre : Vie quotidienne
Mangaka : Setsuko Katoh
Éditeur : Éditions H
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M

RÉSUMÉ

Un jeune employé blessé, pendant son travail, se retrouve hébergé par son directeur, bien prévenant, et devient le professeur particulier du jeune frère de celui-ci, mais aussi d'un de ses amis. Comment l'adolescent pourrait résister à un professeur si charmant et si innocent ? Alors qu'il se décide à lui avouer son amour interdit, les choses ne vont pas se passer comme prévues… Le jeune homme se retrouve, malgré lui, témoin d'une scène qu'il préférerait ne pas avoir vue…

AVIS

Malgré ses hautes ambitions ouvertement affichées, et l’immense qualité du numéro de 10'000 images consacré au yaoi, cet éditeur semble incapable de publier un  manga à la hauteur de ses promesses… Après le sympathoche Sugarmilk, le nettement moins bon Playback, on frise la franche déception avec Le jardin de lierre.
Ce recueil présente donc 4 nouvelles : Le jardin de lierre en 3 chapitres, Mensonges et Cage Dorée en un chapitre, et Sous condition en deux chapitres. Le graphisme s’avère agréable à l’œil d’autant plus qu’il bénéficie de grandes cases mettant le dessin en valeur. Malheureusement, les décors quant à eux s’avèrent absents, donnant aux planches un aspect général très vide ; quant aux visages,  leurs contours paraissent anatomiquement étranges sur bon nombre de cases.  On ajoutera que les personnages sont assez difficilement différenciables autrement que par la longueur de leur chevelure…
Mais poursuivons. Les 4 récits présentent des idées de bases intéressantes mais mal exploitées. De leur manque de développement et de leur mauvaise mise en scène découle un rythme haché, inégal et mou. On peine parfois à comprendre la transition entre une scène et une autre.
Cependant, le plus grave concerne indéniablement les incipits et conclusions : les premiers à cause de leur précipitation, les seconds à cause de leur rapidité, leur facilité ou même, dans certains cas, leur absence totale. Les sentiments naissent trop facilement, comme si l’homosexualité n’amenait à aucune interrogation sur soi-même, et leur réciprocité s’avère tout aussi immédiate.
On n’espérera donc aucune forme de psychologie ou de profondeur : les gays se multiplient, atteignant jusqu’au nombre de quatre dans la première nouvelle… l’hétérosexualité aurait-elle disparu ? D’ailleurs, parlons-en, du sexe. Assez soft dans certaines histoires, plus osé dans d’autres, il  reste relativement pudique pour un manga yaoi, mais parce qu’il est gratuit et grossièrement inséré, son effet se trouve malheureusement gâché…
Le jardin de lierre, bien qu’agréable à lire, n’aboutit pas à grand-chose au final. Mensonges s’avère rapide, cliché, brutal et peu crédible (un père qui abandonnerait son fils sans état d’âme alors qu’à priori tout allait bien jusqu’à ce jour-là ?), tout comme Cage dorée auquel on ajoutera encore l’improbabilité du scénario et l’ambiance assez malsaine. Quant à Sous conditions, il accumule les défauts précédemment cités mais se montre également à la limite de l’incohérence, notamment quant l’un des personnages console l’autre en l’appelant « quelqu’un de bien et profondément gentil » alors qu’ils viennent de faire connaissance et de décliner leurs identités respectives…
Malgré ma critique assassine, j’estime pourtant que le Jardin de lierre n’est pas, de loin pas, le plus mauvais manga yaoi publié en France, sachant qu’il existe ô combien pire, même objectivement parlant. Cependant, sachant quelles hautes ambitions affichait ouvertement l’éditeur dans le domaine du yaoi, on ne peut qu’être déçu de la superficialité des one-shots proposés jusqu’ici. Et celui-là, comme ses prédécesseurs (mais en pire), se révèle bien loin d’atteindre la qualité attendue. Dommage… 

 



Sous-pages :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site