ZURBUCHEN Virginie - L'Ange de l'Empereur

l-ange-de-l-empereur-57519-250-400.jpg

INFORMATIONS

Titre : L'Ange de l'Empereur
Auteur : Virginie Zurbuchen
Type : Roman
Genre : Historique, Fantastique
Éditeur : TheBookEdition
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T
Nature du slash : La romance masculine est assez naturellement présente, d'une part car étroitement liée au contexte historique, d'autre part de par les sentiments amoureux qui naissent entre les protagonistes

RÉSUMÉ

Il a suscité le mépris et le dégoût, puis la haine et la jalousie, et enfin l'admiration, l'amour et le respect. C'est le récit d'un esclave nommé Yi-Jie, qui attire la pitié d'un Empereur et obtient sa protection ; l'histoire d'un enfant qui ne mérite pas le rang qu'on lui donnera, ni l'amour que le souverain lui vouera. Un enfant puis un homme dont la voix enchanteresse sera connue dans tout l'Empire du Milieu. Ses sentiments purs et inconditionnels lui vaudront d'être appelé l'Ange de l'Empereur. Ses chants parviendront jusqu'aux oreilles des Dieux, qui prendront la décision de l'accueillir parmi eux à sa mort. Mais pour cela, il faudra que Yi-Jie mène une vie loin de tout péché. Qian, le Dieu Lunaire, pourra-t-il le protéger de lui-même ?

AVIS

Je vais commencer par ce qui m'a le plus dérangée dans ce livre, à savoir la typographie. J'ai été assez gênée par la mise en page choisie pour ce roman (effectuée par l'auteur puisqu'il s'agit d'auto-édition), je citerai en vrac : les marges trop grandes, le saut d'une ligne à chaque paragraphe (qui est usuel sur internet en raison d'une manière différente de lire et d'une fatigue visuelle, mais qui n'est censé en aucun cas être reproduit sur une version papier) et le fait que les dialogues soient entre guillemets au lieu d'être introduits par un tiret, alors que pourtant ils débutent par un retour à la ligne chaque fois (les règles étant en principe, que soit on met un retour à la ligne et un tiret, soit on met des guillemets mais pas de retour à la ligne). Cette mise en page à elle seule rappelle constamment que le livre qu'on lit n'est pas un produit professionnel et personnellement cela m'a dérangée. Par ailleurs, j'ai été surprise par la construction des deux premiers chapitres. De toute évidence, ils constituent un prologue et je me demande pourquoi ne pas les avoir désignés ainsi au lieu de les insérer dans l'histoire comme s'ils formaient une continuité avec celle-ci alors qu'ils en sont nettement séparés. Heureusement, j'ai très vite fini par m'habituer pour profiter uniquement du texte et du récit, et je dois dire que j'ai été séduite par plusieurs aspects de cet ouvrage.
En tout premier lieu, le fait que ça se passe en Chine ancienne. Les auteurs occidentaux qui osent écrire de l'historique exotique sont souvent assez rares en raison de la documentation importante que cela demande. En ce qui me concerne, je ne suis pas historienne et je ne saurais pas dire si tout est exact, néanmoins je peux affirmer que je m'y suis plongée avec facilité et que j'ai beaucoup apprécié ce cadre oriental et passéiste, que j'y ai cru, que j'en ai rêvé.
Ensuite, j'ai aimé l'écriture de Virginie Zurbuchen. Comme pour Akiko Murita, ce n'est pas de la littérature, mais de toute évidence elle soigne son texte pour le rendre agréable à lire, ce qui est plutôt réussi dans l'ensemble et participe beaucoup à cette facilité d'immersion qu'il y a dans la lecture de ce roman. 
J'ai également adoré la façon dont le fantastique est présent dans le récit. C'est comme si la mythologie s'insérait naturellement dans le réel. Ce n'est assurément pas de la fantasy, néanmoins les personnages, s'ils sont émerveillés d'assister à des événements miraculeux, ne s'en montrent pas pour autant totalement surpris. Il s'agit en fait, clairement, d'une forme de merveilleux qui est plutôt originale et que j'ai beaucoup appréciée.
Concernant l'intrigue, il s'agit en fait en fait d'une biographie de Yi-Jie, celui qui est nommé l'Ange de l'Empereur. Je dois avouer que je n'ai pas accroché à tous les rebondissements ou directions adoptés par le scénario ; par exemple j'ai eu de la peine avec le fait que Yi-Jie soit qualifié d'un tel titre alors que l'Empereur a moins de place dans l'intrigue que Qian. Après avoir tout lu, je me suis dit que le destin de Yi-Jie n'était pas si incroyable que cela en fin de compte, n'ayant pas adhéré à tout ce qu'il traverse. Néanmoins, de bout en bout cette histoire m'a transportée et ce, d'une traite jusqu'à la fin. 
Si je devais résumer mon impression après avoir lu ce livre, je dirais que même je n'ai pas tout aimé, j'ai néanmoins passé un excellent moment à sa lecture, parce que j'étais vraiment plongée dans le récit et l'univers, et que j'avais envie de continuer à côtoyer les personnages. C'était donc très distrayant et je ne regrette pas une seconde son acquisition.

 PS : Je précise que les commentaires ayant trait à la mise en page ou à la typographie, voire aux fautes d'orthographe, ne sont valables que pour les exemplaires que j'ai personnellement eus dans les mains. TheBookEdition permettant des mises à jour constantes, les auteurs  sont en tous temps susceptibles de modifier leurs textes sur ces points-là,  aussi ces derniers peuvent-ils tout à fait différer dans une version ultérieure.

Date de dernière mise à jour : 05/12/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site