SULZER Alain Claude - Un garçon parfait

 garc.jpg

INFORMATIONS

Titre : Un garçon parfait
Auteur : Alain Claude Sulzer
Type : Roman
Genre : Vie quotidienne
Éditeur : Babel
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T
Nature du slash : Histoire de vie, drame amoureux impliquant trois hommes

RÉSUMÉ

Ernest travaille dans le restaurant d'un palace à Giessbach, en Suisse. C'est un garçon parfait, aussi strict dans le travail que dans la vie. Mais cette dignité imperturbable cache la blessure jamais guérie de la violente passion qu'il a connue pour Jacob, un garçon parfait comme lui, Jacob qui l'a abandonné pour suivre en Amérique Julius Klinger, le grand écrivain allemand. C'était après 1933, dans ces années troublées où beaucoup de clients, fuyant l'Allemagne nazie, venaient trouver refuge, avant les rigueurs de l'exil, dans ce luxueux hôtel qui avait si souvent abrité leurs insouciantes villégiatures. Mais rien n'était plus pareil, une peur obscure hantait désormais ces salons trop rassurants. Il faudra la fin de la guerre et le retour d'exil de Klinger pour que s'affrontent deux mémoires clans l'ultime combat d'une rivalité amoureuse. Tissant avec une subtile retenue les fils des drames intimes et ceux de la tragédie historique, orchestrant crescendo la tension dramatique, Sulzer a composé un roman bouleversant sur l'amour bafoué, la trahison et l'impossibilité de l'oubli.

AVIS

C'est vrai, il n'est pas dans mes habitudes de lire des romans contemporains à l'intrigue "réaliste". En principe, je ne suis absolument pas intéressée par ce genre de livres, qui ont une fâcheuse tendance à me tomber des mains dès les premières lignes. Néanmoins, vu que le livre parlait d'homosexualité, un thème qui m'attire au plus haut point, j'ai voulu le découvrir et franchement, c'était plutôt pas mal.
Je ne nierai pas que le début m'a paru longuet et que quelques passages (mais rares dans l'ensemble) m'ont ennuyée, se perdant dans des faits annexes qui ne m'intéressaient pas vraiment. Mais l'histoire est vraiment bien développpée et n'a pas tardé à éveiller mon intérêt. On découvre le passé commun d'Ernest et Jacob petit à petit, tandis qu'Ernest, confronté aux lettres de Jacob et à la réapparition de celui-ci dans sa vie, se voit obligé de faire face à Klinger, l'amant pour lequel Jacob l'a quitté.
L'effet est très intéressant car on se demande ce qu'il s'est passé entre eux, comment Klinger est entré dans leur vie, puis ce qu'il s'est passé entre Klinger et Jacob, et bien entendu on attend de voir comment Ernest va faire face à Klinger. Dans les grandes lignes, la construction permet un réel suspens et les sentiments des personnages sont vraiment bien décrits, tout en sensibilité et en justesse.
Une seule chose m'a chiffonnée, c'est la crédibilité du postulat selon lequel Ernest aurait passé les trente dernières années de son existence à regretter Jacob sans refaire sa vie avec quelqu'un d'autre... ça ne me paraît pas très réaliste. Cependant, il n'y avait sans doute pas la place d'évoquer ce fait dans le récit, ce dernier étant dans l'ensemble assez sobre et sans guère d'inutilités, de sorte qu'il se concentre entièrement sur l'intensité de ce drame humain.
Parallèlement à la vision sociale de l'homosexualité, encore très contestée à cette époque, se dessine le portait de l'Europe et de l'Amérique de pendant et après la guerre. Cette dernière n'est pas le thème du roman, mais son évocation en toile de fond permet de se représenter l'ambiance de cette période, même loin du front, et amène d'autres thèmes qui peuvent mériter réflexion.
L'écriture m'a paru en elle-même assez commune, mais c'est une fausse impression. On sent bien que l'auteur a soigné son texte, même si son style ne me convient pas forcément, néanmoins j'ai trouvé qu'il usait de métaphores à la fois jolies et marquantes, particulièrement expressives. Dans l'ensemble, c'est plutôt agréable à parcourir, même si pas inoubliable non plus.
Ce roman ne fera pas partie de mes meilleures lectures en raison de son genre : ça reste de la littérature contemporaine non-fantastique et je continue de ne pas aimer cela. Néanmoins, sachant que sur les 10% de mes livres lus que représente la littérature contemporaine il y en a au moins 50% que je n'aime pas voire que je déteste, on peut dire que ce roman a plutôt bien réussi à trouver grâce à mes yeux. En tout cas, sa lecture fut un moment très intéressant, à défaut d'un moment passionnant. Pour ceux qui aiment ce genre de livres, je pense qu'il n'y a pas à hésiter avant de se pencher dessus.

Date de dernière mise à jour : 15/12/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site