NOISIER Galadriel - Juste pour grandir

juste-pour-grandir.jpg

INFORMATIONS

Titre : Juste pour grandir
Auteur : Galadriel Noisier
Type : Roman
Genre : Fantasy, tranche de vie
Éditeur : Éditions Muffins
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M (à un seul endroit)
Nature du slash : Histoire d’amour entre deux personnages masculins

RÉSUMÉ

Émis, jeune homme de 19 ans aux origines mystérieuses, mène une vie paisible et confortable auprès de l’amour de sa vie, Sigmen, un riche et séduisant aristocrate de neuf ans son aîné. Mais les débuts idylliques de leur relation sont déjà loin derrière eux. Émis, torturé par le poids de ses secrets, se sent prisonnier de cette relation. Il multiplie les actes volages et les dépenses sans s’inquiéter des sentiments de son amant…
Alors qu’il s’imagine tenir en main les rênes de sa vie, le jeune homme se trouve soudainement confronté aux conséquences de ses agissements.

AVIS

J’avais peur de ne pas accrocher à ce livre car au niveau du genre, il est qualifié en tant que « tranche de vie ». Or, j’avais oublié que tranche de vie n’est en rien incompatible avec science-fiction ou fantasy, et en l’occurrence, s’il est vrai que le récit est centré sur la vie quotidienne des personnages et que l’univers est totalement dénué de magie ou de créatures imaginaires, il n’en reste pas moins que c’est un pays qui n’existe pas et qu’il s’agit donc de fantasy. À ce moment-là je préfère nettement, et suivre le quotidien de ces protagonistes m’a beaucoup plu.
Le public visé est clairement les yaoistes, et d’ailleurs c’est surprenant à quel point le style yaoi peut se différencier du gay de façon très marquée. Le récit ne s’embarrasse pas forcément d’interrogations sociales envahissantes (sauf un passage vers la fin), l’homosexualité n’est pas courante mais largement acceptée et l’on suit simplement l’histoire d’amour des deux protagonistes.
À plusieurs niveaux, j’ai trouvé l’histoire un peu légère. Tout l’univers du livre tourne autour des deux protagonistes principaux, les autres personnages ne sont guère développés et sont toujours prompts à se précipiter aux chevets de nos deux héros. La géographie n’est pas du tout décrite, et la météo paraît ne jamais changer.
Néanmoins, cela ne m’a pas vraiment dérangée, car la fleur bleue que je suis a immédiatement plongé dans cette histoire d’amour tourmentée, parfois excessivement tragique et dégoulinante de mots doux (poussin, mon ange, chéri, et j’en passe) mais très émouvante. Le cadre, qui rappelle les siècles passés, m’a également fait rêver.
L’histoire ne montre pas vraiment la formation d’un couple, mais plutôt sa reconstruction. Le récit s’ouvre par une rupture. En ce sens, et pour une histoire d’amour, c’est une manœuvre assez originale, et qui a bien secoué mon petit coeur. Au début, j’ai eu beaucoup de peine à supporter le personnage d’Émis, car il est vraiment désagréable, mais c’est sympathique de le voir se métamorphoser peu à peu. Le changement s’avère d’ailleurs un peu trop facile, il lui suffit de se montrer chez lui alors qu’il lui était soi-disant impossible d’y retourner et comme par magie il se met à s’adapter à cette vie qu’il a fuie. Il finit même par se trouver un talent quasi-miraculeux dans un domaine pour lequel il n’avait aucune connaissance. Mais je dois bien dire que ces défauts m’ont paru bien négligeables tellement je me suis laissée portée par les pages, enchantée, sans plus pouvoir m’arrêter.
Par ailleurs, les livres des éditions Muffins que j’ai déjà lus contenaient pas mal de coquilles, y compris les plus récents, mais celui-ci en est presque dépourvu et j’ai tendance à mettre cela sur le compte de l’auteur, preuve qu’elle a particulièrement soigné son texte. D’ailleurs, l’écriture est simple, mais fluide et dépourvue d’erreurs flagrantes.
Je ne regrette pas une seconde de m’être procuré cet ouvrage qui plaira aux yaoistes les plus sentimentales.

Date de dernière mise à jour : 01/03/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site