LABBÉ Marion - Cygnes blancs sur eau sombre

cygnes-blancs-sur-eau-sombre.jpg

INFORMATIONS

Titre : Cygnes blancs sur eau sombre
Auteur : Marion Labbé
Type : Roman 
Genre : Historique (seconde guerre mondiale)
Éditeur : Éditions Muffins
Nombre de tomes : 1
Rating : T
Nature du slash : Rencontre entre deux hommes entre lesquels l'amour naît

RÉSUMÉ

Raphaël est un adolescent juif recueilli par la résistance au sein d'un village de province, Hans, un jeune soldat Nazi envoyé en France. Bien que tout les oppose, les circonstances vont les pousser à se découvrir et s'apprivoiser, loin des fracas et horreurs de la guerre.
Une histoire intimiste, enracinée dans la période trouble de l'occupation allemande, qui nous présente deux jeunes gens, ni monstre, ni héros, juste désireux de vivre loin de toute cette folie humaine.
Conte moderne.

AVIS

La mention « conte moderne » inscrite sur le quatrième de couverture mérite toute l'attention : c'est en effet l'expression qui caractérise le mieux ce court roman de Marion Labbé. Cette histoire est touchante et agréable à lire, mais parfois son côté utopiste prend le pas sur le réalisme, notamment à cause de la présence abondante d'idées typiques du XXIème siècle. Cela se constate particulièrement chez Raphaël, sur des sujets tels que l'acceptation de l'homosexualité, la religion ou encore le point de vue uniforme adopté sur le nazisme ; mais Hans n'est pas toujours en reste non plus, notamment parce qu'il change rapidement et entièrement de position : il lui suffit de quelques mots de Raphaël pour considérer son ancienne personne comme un monstre ayant commis des actes impardonnables, alors qu'il est censé avoir été éduqué aux Jeunesses Hitlériennes... De même, le sentiment amoureux naît sans véritable difficulté. Bien qu'hétérosexuel, Hans éprouve presque immédiatement une attirance physique pour Raphaël, et il l'accepte assez rapidement. La réciproque devient tout aussi facilement vraie. Il n'y a donc pas franchement de vrai problème ni de dureté dans ce roman ; tout au plus relèvera-t-on le comportement tyrannique et rabaissant de la famille de Raphaël à son égard, mais à vrai dire celui-ci frise presque la caricature tellement il est poussé. C'est pourquoi la qualification de « conte » qualifie très bien ce roman dont certains passages revêtent un aspect quasi-philosophique voire même souvent idéaliste. Un peu trop légère, un peu trop facile, cette histoire n'en reste pas moins sympathique et fait rêver.
Au niveau du texte, c'est très correct sans être extraordinaire ; on regrettera surtout la présence de certaines coquilles, surtout concernant la ponctuation et la gestion des majuscules. Que la narration soit alternée entre Raphaël et Hans n'apporte pas grand-chose, d'autant qu'aucune variation de style n'apparaît entre les deux personnages, mais cela n'est pas dérangeant non plus ; une différenciation plus marquée sur l'identité du narrateur des différents chapitres aurait par contre sans doute permis de gagner en clarté.
Cygnes blancs sur eau sombre apparaît en fin de compte, malgré son contexte de guerre, comme un roman assez pur et naïf. Les deux équations s'équilibrent somme toute assez bien, aboutissant à une lecture tout à fait sympathique.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site