KOCH Vincent - Simplement lui


simplement-lui.jpg


INFORMATIONS

Titre : Simplement lui
Auteur : Vincent Koch
Type : Roman
Genre : Vie quotidienne
Éditeur : Mijade
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : T-M
Nature du slash : Personnage principal qui essaie de sortir avec des filles, mais gay et amoureux de son meilleur ami

RÉSUMÉ

Hugues. Mon meilleur ami. Lui et Moi. Moi et Lui. On se connaît. On ne se quitte pas. On ne se quittera pas. Il me connaît par coeur. Il sait ce que j'ai dans la tête. Pas besoin de parler. Parfois. On se comprend. C'est comme ça entre nous. Fusionnel.
Une nuit, il est venu s'asseoir dans le lit avec moi. Il s'est endormi en parlant avec moi. J'ai rejoint Morphée aussi. Bien après. Au petit matin. Au réveil. Nous étions l'un contre l'autre. Les bras de l'un entourant ceux de l'autre. Je l'ai trouvé beau.
Je lui ai dit merci. Et un je t'aime est parti. Seul. Non voulu. C'est vrai que je l'aime. Il est plus qu'un frère. Je n'en ai pas. Plus qu'un père. Le mien n'est jamais là. C'est pas difficile de le remplacer.
Il est plus que tout. Il m'a regardé. Sereinement. Il m'a dit : « Je t'aime aussi, petit con. » Il ne l'avait pas mal pris. Il était toujours là. Pas d'ambiguïté. Il a compris mon message. Tant mieux.
On s'est dérobé. Décacheté. Avec nos érections matinales. On avait l'air de deux homos. Pas nous. Putain. »

AVIS

Pour ne pas mentir, lire ce livre a été un véritable supplice. J'ai regretté de l'avoir acheté sans avoir lu un extrait d'abord ; il est vrai qu'avec le résumé, j'aurais pu me douter que l'écriture allait être comme ça, mais à ce point, je ne m'y attendais pas.
Je m'explique. Vous savez que je n'aime pas particulièrement les phrases courtes et sobres, que je préfère les styles travaillés, poétiques, les beaux mots et les tournures travaillées. Eh bien ce livre n'est pas seulement composé uniquement de phrases courtes, mais il va beaucoup plus loin, en ayant poussé à l'extrême le concept même de "phrase courte". Il serait même encore plus précis de dire que les phrases courtes sont elles-mêmes subdivisées en phrases encore plus courtes. Par exemple, dans une phrase du type "Je vais au supermarché pour acheter du poisson", l'auteur de ce livre aurait écrit : "Je. Vais. Au supermarché. Pour acheter. Du poisson."
À ce niveau-là, franchement, le concept de ponctuation ne veut carrément plus dire grand chose. Pour moi, qui suis très auditive et respecte scrupuleusement la ponctuation même quand je lis dans ma tête, cela a été très difficile à supporter. En fait, je n'ai pu poursuivre ma lecture qu'en me forçant à ne pas voir les points pour composer dans ma tête des phrases un peu plus fluides qui devenaient à peu près lisibles. En respectant la ponctuation telle qu'elle figure dans cet ouvrage, il m'aurait été impossible de finir la lecture, ne serait-ce que pour des raisons de temps (puisqu'on est théoriquement censé marqué une pause après la lecture d'un point).
Donc voilà, une écriture totalement indigeste, mais passons maintenant au récit. C'est une histoire réaliste qui s'attarde moins sur les faits (pas très passionnants, mais ce n'est que mon avis, et vous savez que je n'aime pas le réalisme contemporain) que sur les émotions du narrateur. J'ai eu l'impression que le texte essaie de faire passer du sentiment brut, de la puissance émotive, à travers la narration.
Là où le bât blesse, c'est que le personnage principal est un dépressif chronique qui ne s'assume pas et qu'on a juste envie de secouer pour le sortir un peu de sa torpeur et de son négationnisme avéré. Lire le récit de ses pseudo-malheurs et de son auto-apitoiement, ce n'est pas spécialement intéressant. Par contre, j'ai apprécié le fait que l'histoire soit relativement crédible, malgré le happy end, on pourrait tout à fait croire que cela a vraiment eu lieu. Juste que j'ai trouvé la fin un peu frustrante, car laissant de côté des réactions qu'on aurait aimé connaître (notamment celle d'Alex vis-à-vis du comportement final de son cousin).
Ce que je retiendrai de ce roman, c'est un texte indigeste, des émotions brutes pas très intéressantes, mais un récit auquel on pourrait croire. Bref, pas que du mauvais, mais quand même, c'était du lourd.

Date de dernière mise à jour : 15/12/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site