JOURDAN Eric - Sans lois ni dieux

INFORMATIONS

Titre : Sans lois ni dieux (anciennement Le songe d’Alcibiade)
 Auteur : Éric Jourdan
Type : Roman
Genre : Historique
Editeur : H&0 
Nombre de tomes : 1
Rating : T
Nature du slash : L’amour a eu une importance considérable dans la vie d’Alcibiade, bien qu’il ne vive pas vraiment de véritable histoire d’amour

RÉSUMÉ

Alors que sa cité, Athènes, est au bord du désastre, Alcibiade est assassiné par les hommes du satrape Pharnabaze sur un chemin de Phrygie. Il perd ainsi son dernier pari : rejoindre le palais d'Artaxerxès, le roi de Perse qu'il avait résolu de séduire pour s'offrir un nouveau destin.
Dans sa tête tout juste tranchée, le temps que la vie se retire, les images de son existence défilent. Et ce ne sont pas seulement les batailles ou les intrigues politiques qu'il revoit, mais aussi les moments d'amour et de sensualité.
Rejeton d'une des plus grandes familles d'Athènes, fils adoptif de Périclès, ami de Socrate, aussi ambitieux qu'insolent, aussi beau qu'intelligent, Alcibiade veut tout ; mais si rien ne lui résiste, tout lui échappe. Il fascine : Platon, Thucydide, Plutarque ont tenté de comprendre ce météore, solaire et ténébreux.
Mais Alcibiade n'est pas qu'un politique, c'est aussi l'éternel corps de vingt ans qui charme tous ceux qui croisent sa route, quel que soit leur sexe, c'est l'amour du plaisir. Alcibiade aime conquérir, non seulement les cités, mais aussi tous les êtres qui éveillent son désir : comment ne pas utiliser les ressources infinies d'une peau et d'un corps attirants ?
Avec Sans lois ni dieux, Eric Jourdan nous offre un récit à double fond qui exalte la permanence du désir et l'indépendance d'esprit qui caractérisent tout homme véritablement épris de liberté.

AVIS

Alcibiade, personnage énigmatique s’il en est, nous livre dans cette fausse autobiographie une confession poignante. Son caractère est fascinant, mais surtout, le texte est très bien rédigé et c’est un vrai plaisir à lire. Malgré que l’on passe assez rapidement sur les événements de sa vie, que certains passages ou personnages soient assez peu développés, je n’ai pas eu d’impression de précipitation comme dans d’autres biographies en un tome, car c’est vraiment écrit comme des souvenirs qui reviennent de façon presque aléatoire (mais bel et bien chronologique) tandis que la mort emporte Alcibiade. J’ai beaucoup apprécié, je n’ai pas vu les pages défiler. À noter que ce roman ne contient aucune véritable histoire d’amour, bien que l’amour ait eu une place primordiale dans la vie de cette personne.

Date de dernière mise à jour : 15/01/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site