ABRAHAM Yamila - Vampire Slave

Vampire

INFORMATIONS

Titre : Vampire Slave
Auteur : Yamila Abraham
Type : Roman
Genre : Fantastique
Éditeur : MxM Bookmark
Nombre de tomes : 1, terminé
Rating : M
Nature du slash : Relation homoérotique entre les deux personnages principaux

RÉSUMÉ

Thalos, le vampire le plus vieux du monde, procède par erreur à un rituel de sang avec un jeune garçon, Dustay. Or, ce dernier n'est autre que le fils du chef des Vampire Poison, un dangereux groupe de chasseurs de vampires. Thalos choisit donc d'abandonner le jeune homme sous son emprise. Dix ans plus tard, Dusty est devenu le nouveau leader des Vampire Poison. Sa mission : capturer Thalos à tout prix ! Quand le vampire apprend que Dusty en a après lui, il se demande s'il doit vraiment fuir. Après tout, le beau chasseur de vampires a été marqué comme serviteur et Thalos est seul depuis tellement longtemps... 

AVIS

Voilà un livre que je recommande chaudement de fuir à tout prix si jamais vous croisez sa route. Non, il n'est pas nul, il est pire que ça : d'une médiocrité extrême qui bat tous les records, sous tous ses aspects. Il y en a pourtant eu, des livres que j'ai détestés. Mais c'est la première fois que j'estime que TOUT est détestable dans un livre, que ce soit l'histoire, les personnages, la grammaire, la conjugaison, l'orthographe, la typographie... TOUT. Il n'y a RIEN de bon dans ce livre. Ah, si, les dessins, ils sont pas mal. Mais c'est tout. 

Pour le dire brièvement, Vampire Slave réussit l'exploit d'être à la fois un livre qui n'avait pas le niveau pour être publié, qui a été édité par des gens qui n'avaient pas le niveau pour publier. J'ai tellement de reproches à lui faire que je ne sais pas par quoi commencer, donc une fois n'est pas coutume, et je m'en excuse d'avance, je vais simplement faire un listing de points plutôt qu'une vraie critique rédigée. 

Pour commencer, je dirai juste une chose : je n'ai pas pris une once de plaisir à lire ce livre. Pas la moindre. Je dirais même, ça a été une torture. J'entends par là qu'il est tellement mauvais, que chaque phrase en était purement et simplement désagréable à lire, rien de moins. Je n'aurais jamais été jusqu'à la fin si je ne tenais pas un site consacré au boys love. Ce n'est pas qu'il n'y a pas de style, que ce soit pauvre, ou autre reproche qu'on pourrait faire à un livre "normal". Non, ici, il n'y pas seulement "pas de style", c'est véritablement "mauvais".

Bon, bref, voici quelques points à commenter pour la partie éditoriale : 

- L'orthographe : jamais vu un massacre pareil. Il n'y a pas une seule page sans faute, et il y en a parfois jusqu'à plus de dix, avec une moyenne de cinq environ. De plus, il n'y a pas de cohérence orthographique, dans le sens où certains termes sont parfois écrits de telle façon et parfois autrement, par exemple "e-mail" est tantôt orthographié comme tel, et tantôt orthographié "email". 

- La ponctuation : sur la majorité des phrases de ce livre, on dirait qu'elle a été tout simplement oubliée. Non, en français, on ne peut pas ne jamais mettre de virgule : certains segments de phrases doivent obligatoirement en être suivis ou précédés.  Les points-virgules et les deux-points ne peuvent pas être choisis au hasard. Et accessoirement, la ponctuation sert à dynamiser une phrase, à la rendre vivante. On ne peut pas l'attribuer au petit bonheur la chance en mettant n'importe quoi, n'importe où. 

- La typographie : pas mal d'erreurs de typographie. Les apostrophes sont souvent à l'envers, les guillemets manquent dans beaucoup de dialogues, la gestion de ceux-ci ainsi que des italiques n'a aucune cohérence d'ensemble : la mise en page est parfois comme ceci, parfois comme cela. Relevons aussi que la ponctuation n'est pas "collée" au mot qui précède, de sorte que l'on se retrouve très souvent avec un point d'exclamation, un point d'interrogation ou deux-points tout seul au début d'une ligne, ce qui est totalement incorrect. 

- Les majuscules et minuscules : non, on ne peut pas mettre de majuscule après les dialogues (les "s'exclama-t-il", par exemple) ni les deux-points, et oui, il en faut après les points de suspension, quand ceux-ci marquent la fin d'une phrase. 

- Les répétitions : alors là, c'est juste une horreur sans nom. Il y en a partout. Visiblement c'était déjà le cas dans la VO, et d'autres été rajoutées au cours de la traduction (oui, je sais que les répétitions ce n'est pas dérangeant en anglais, mais "pas dérangeant" ne veut pas dire "bien", et là c'est du français qu'on lit). Donc il y a très, très souvent (plusieurs fois par page) des répétitions avec le même mot qui revient plusieurs fois dans la même phrase, ou dans deux phrases qui se suivent, ou le même mot qui est répété à cinq ou six reprises dans le même nombre de lignes. Dans certains cas, ça vire au pléonasme... Autant dire que c'est moche à lire. 

- La grammaire : pour résumer mon sentiment, j'ai l'impression que ce livre a été traduit par des gens dont la langue maternelle serait l'anglais, et qui auraient un niveau B1 ou B2 en français. Parce qu'il y a vraiment des tournures grammaticales complètement erronées ou impossibles, et qui me paraissent improbables à faire pour des personnes de langue maternelle française. Il y a des phrases mal tournées et énormément d'erreurs de préposition (vous savez, quand un verbe demande à être suivi d'une préposition précise), ou des mots qui ne sont pas mis dans le bon ordre (l'adjectif qui doit soit suivre, soit précéder le nom, sinon ça blesse l'oreille). 

- La traduction : dans le même esprit, même moi qui suis une quiche en anglais, j'arrive à voir que certains problèmes de grammaire ou de conjugaison sont dus à une mauvaise traduction. Bien sûr, il y a les fois où la traduction a été faite mot à mot sans aucun souci de la tournure de la phrase en français ou des éventuelles créations de répétitions ou de pléonasmes. Mais surtout, presque tous les verbes en -ing en anglais ont été traduits par des participes présents en français, alors que dans certains cas, ils n'ont pas la valeur d'un participe présent mais du nom d'une action. Ce qui n'est pas la même chose ! 

- La conjugaison : outre les problèmes de traduction, il y a des erreurs "classiques" de conjugaison, entre autres le fait de presque systématiquement confondre les terminaisons du futur et du conditionnel, du participe passé et de l'infinitif, de la deuxième et de la troisième personne du singulier, d'accord du participe passé avec le sujet (et ce, que la phrase soit simple ou complexe) et j'en passe. 

- Les nombres : bah oui, il y a une règle dans la langue française qui veut que les nombres soient écrits en toutes lettres dans un texte littéraire, et non en chiffres. Cette règle, comme bien d'autres, ne semble pas connue des créateurs de cette ouvrage. 

Bon, assez parlé de l'édition, venons-en au roman en lui-même. Vous vous en doutez sûrement, je n'ai pas grand chose de positif à dire dessus non plus, donc j'y vais de la même façon : 

- L'histoire : elle est décousue et pas très intéressante, superficielle et mal narrée. Il paraît que ce roman avait initialement été publié en cinq parties. Je plains beaucoup les lecteurs qui ont été obligés de les lire de cette façon, parce que le découpage est vraiment n'importe quoi. C'est coupé aux pires moments et la construction de chacune de ces parties n'a aucune cohésion. 

- Les personnages : quelle fadeur ! Les divers protagonistes ont tous des perrsonnalités assez caricaturales et superficielles. Ils n'ont pas une psychologie complexe, ni crédible d'ailleurs. Leurs traits de caractère ne sont pas particulièrement attachants ; par exemple Dusty manque de chien pour un leader, et Thalos n'a pas du tout la sagesse ni l'expérience d'une créature millénaire, en tout cas on ne le ressent nullement. Les autres personnages ne méritent presque pas qu'on en parle, se réduisant en principe à des stéréotypes peu intéressants. 

- L'univers : on a dans ce livre un univers avec des vampires, des chasseurs de vampires et des tentatives de paix comme une école ou encore l'espérance de la signature d'un traité. De plus, les vampires ont des pouvoirs comme se changer en chauve-souris ou en brume, tirer des boules de feu (?!), communiquer télépathiquement. Il est dommage que ces divers éléments, tout comme le pacte du sang qui unit Dusty et Thalos, ou encore la décision de Thalos de "faire le bien" (vive le manichéisme !) soient juste évoqués sans être approfondis : il n'y a aucune explication ou mythologie les entourant. C'est dommage. 

- Les scènes de sexe : si vous lisez sur internet un commentaire disant que dans ce manga, la relation entre les personnages ressemble à un manga yaoi, comprenez : "à un mauvais yaoi". Je penserais à une sorte deVassalord en encore plus mauvais. En gros, il y a l'histoire principale et parfois les deux héros se caressent ou couchent ensemble. Mais on ne peut pas qualifier cela de "romance". Quant à la rédaction des scènes de sexe en question... Wow. Vive le mauvais Harlequin. 

Voilà maintenant, pour bien vous montrer l'ampleur de la catastrophe, quelques extraits choisis de phrases tirées de ce roman (je vous laisse vous faire votre propre idée sur ce qui pose problème... Je précise que j'ai bien veillé à recopier le texte tel qu'il est écrit dans le livre !)

- P. 33 : Cela faisait si longtemps qu'il attendait ce face à face, il en avait rêvé les moindres détails mais la réalité était si différente. 

 - P. 68 : Prenant le métro à la place Omonia d'Athènes, ils durent encore marcher quelques minutes jusqu'à l'hôtel Aímatos. 

- P. 82 : Un jour j'ai rencontré ce qu'on pourrait appeler un chevalier qui servait dans un vieux château. Il avait ce code d'honneur qui m'a impressionné. Je lui suis apparu plusieurs fois pour essayer de le faire devenir fou. Sa foi et son caractère étaient presque trop fort que j'ai cru échouer. 

- P. 162 : - Il y a des gens enchaînés dans le sous-sol, dit-elle. Ils ont reçu de la nourriture pleine de drogue et se sont réveillés avec des fers. Il tue tant de personnage, pleurnicha-t-elle. Et de manières terribles. Il s'apprêtait à se nourrir avant que vous arriviez. S'il vous plait laissez-moi aller avec eux. Je parle leur langue. 

- P. 163 : Un fort coup sec cassa la porte en fer et il dé-zippa la toile pour se glisser à côté du corps mutilé de son ami. 

- P. 197 : Le jour remplaça progressivement la nuit, éclairant la scène de toute sa clarté. 

Bon, ce ne sont que quelques extraits sélectionnés que j'avais relevés ici ou là au cours de ma lecture, et pas forcément les pires, puisque tout le livre est comme ça. J'insiste : tout le livre. 

Vous l'avez compris, ce livre ne vaut rien et l'acheter, c'est jeter votre argent par la fenêtre. Pire encore, c'est encourager l'incompétence. Je vais d'ailleurs dire quelques mots au sujet des éditions MxM Bookmark. 

Sur la page Facebook de l'éditeur, j'ai pu constater qu'une plainte au moins avait déjà été formulée au sujet de ce travail complètement bâclé. L'éditeur nous invite à lui communiquer par mail les fautes d'orthographe trouvées afin que la version numérique au moins, puisse être corrigée. Mais cela relèverait de la gageure. Les fautes sont beaucoup trop nombreuses pour pouvoir être notées simplement dans un mail : entre cinq et dix par page, cela signifie au moins mille pour tout l'ouvrage. De plus, ce serait en pure perte, car l'orthographe n'est pas le seul problème de ce bouquin. La vérité, c'est qu'il est incorrectible. En effet, pour obtenir quelque chose d'admissible ne serait-ce que du point de vue du français, il faudrait tout réécrire de A à Z. 

Bien sûr, les éditions MxM Bookmark sont une petite maison nouvellement née, fonctionnant avec des bénévoles ayant parfois investi leur propre argent. Pour moi, ce n'est en rien une excuse. Beaucoup de petites maisons d'édition fonctionnent avec un personnel réduit, parfois d'ailleurs une seule personne, et sur une base de bénévolat. Je citerais les éditions Muffins, les éditions Valentina, les éditions Artalys, les éditions Láska. Et malgré quelques coquilles ici ou là, tous ces éditeurs sortent pourtant des livres à la qualité parfaitement honorable. 

Mais ces gens sont des professionnels partis avec un certain bagage et aptes à juger si un ouvrage est digne d'être publié ou pas. C'est malheureux à dire, mais quand on se lance dans l'édition, ou toute autre activité professionnelle d'ailleurs, il ne suffit pas d'être motivé et passionné. Il faut aussi avoir un minimum de savoir, notamment littéraire. 

Or, quand on n'a pas le niveau pour être éditeur, quand on ne sait pas reconnaître un texte qui initialement ne méritait même pas d'être publié, quand on ne sait pas écrire correctement, quand on n'y connaît rien ni en orthographe, ni en grammaire, quand on ne connaît pas les règles les plus élémentaires de mise en forme d'un ouvrage comme la cohérence typographique et orthographique, quand on ne connaît pas non plus les règles de la rédaction correcte (éviter les répétitions et les pléonasmes, notamment), alors : on ne sort pas de livres. 

S'abstenir de s'investir quand on n'y connaît rien, c'est respecter le client potentiel et le lecteur futur. Parce que là, sans mentir, faire payer des gens pour acheter "ça", ce n'est ni plus ni moins que de l'arnaque pure et simple. Ce travail ne mérite en aucun cas d'être rémunéré. Il y a des fics sur internet qui sont mieux écrites que cela ! Des romans auto-édités plus soignés et dignes d'être lus ! Qu'un éditeur qui se pose comme professionnel ose sortir un travail pareil, c'est juste inadmissible. C'est une insulte à la littérature. Pire encore, si le but était de faire passer le yaoi pour de la sous-littérature, alors il est clairement atteint. J'ai honte pour le yaoi quand je vois ce genre de produits.

Je ne m'excuserai pas pour mes propos sévères. J'estime réellement, et avec sang-froid, que ce livre ne mérite aucune tolérance. Le seul fait qu'il soit sorti sous cette forme est un profond manque de respect envers tous ses acheteurs. J'attendais beaucoup de cette maison d'édition, et je vais continuer à surveiller ses sorties (après tout, aucune de ces erreurs n'est irrémédiable !), mais il va de soit que je suis extrêmement déçue et que je me sens flouée par la qualité lamentable de ce qui nous est proposé. 

 

Date de dernière mise à jour : 24/12/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site