COLLECTIF : Manga 10 000 images - Le yaoi

Première édition

10000-images-1.jpg

Véritable bible informative sur le genre, 10 000 images fait le tour du sujet de façon complète et avec sérieux. Les différentes rubriques abordent l'histoire du yaoi au Japon, sa perception en francophonie, le définissent et nomment les supports sur lesquels on peut le trouver. Elles tentent aussi quelques analyses plus philosophiques avec "Pourquoi les filles aiment-elles le yaoi ?" et "Le yaoi est-il gay ?". Enfin, des entretiens avec différents acteurs du yaoi (Hisako Miyoshi et Benita dans ce volume, respectivement éditeur et auteur de yaoi) complètent le tout, de même qu'une partie consacrée à présenter quelques auteurs et chroniquer certains manga. 

10 000 images est une revue sérieuse et documentée de façon complète. Cependant, pour cette raison même, son public cible est intéressé et motivé. Le texte, quasi-scientifique et peu aéré, se révèle assez dense et peut de façon compréhensible décourager les "simples" curieux. 

La partie informative, ayant trait à l'historique du genre, à sa réparttion sur différents supports et aux controverses qu'il a pu susciter, est assez admirable de par le travail de fond fourni et intéressera tous les passionnés. Par contre, j'ai pour ma part un peu moins accroché à certaines opinions sociologiques sur les mentalités japonaises (précisons que c'est surtout la société japonaise qui est passée au crible, avec un regard occidental évidemment). Et j'ai eu un peu de peine avec certaines théories des rubriques à questionnemment, surtout "Pourquoi les filels aiment-elles le yaoi" qui m'a paru abonder de jugements objectifs chelou... "Ces manga qui se servent du yaoi pour vendre" m'a par contre paru pertinent et intéressant dans certains rapprochements évidents sans l'être. 

Concernant la présence du yaoi en francophonie, ce premier numéro apparaît obsolète car s'il aborde l'état du marché en  de façon très complète et avec un certain regard critique appréciable (même s'il reste que l'on peut être d'accord ou non avec les opinions émises), il s'agit bien évidemment du marché tel qu'il était en 2008. Or, c'est après cette date que le yaoi s'est réellement développé avec notamment les publications des éditions Asuka et Taïfu, ainsi que dans une moindre mesure, Soleil et Tonkam. Dans une large mesure, une bonne partie des informations données dans cette édition ne sont donc plus à jour. 

La rubrique des chroniques reste cependant intéressante, car nommant certains piliers du yaoi en France, qui ont contribué à lancer le genre et que toute "vieille" yaoiste se doit d'avoir connu. 

En fin de volume se trouve une nouvelle inédite, "Une fleur sauvage" par Benita. Une petite histoire sympathique sans être remarquable, agrémentée d'un beau dessin et constituant un bonus sympathique pour la revue. 

Seconde édition

10000-images-2.jpg

Quatre ans après la première édition du premier numéro de Manga 10'000 images consacré au yaoi, le tirage touchait à sa fin tandis que le marché avait entretemps subi de profondes métamorphoses. C'est pourquoi cette seconde édition, revue et augmentée, a vu le jour. 

Concrètement, qu'est-ce qui change ? Eh bien pour commencer, il est évident que toutes les parties historiques comprennent désormais les évolutions survenues non seulement en France, avec une véritables explosion d'un genre qui restait minoritaire en 2008, mais aussi au Japon et aux Etats-Unis (touchés par la crise de la BD ayant traîné les faillites de nombreuses maisons d'édition). Les entretiens avec Hisako Miyoshi, éditrice, et Benita, mangaka débutante, ont été remplacés par des entretiens avec Tôko Kawaii, mangaka confirmée, et Gengoroh Tagame, mangaka confirmé de bara. Certains articles ont été retouchés, avec des informations complémentaires ou une mise en page plus claire, tandis que d'autres sont restés à peu près identiques ("Pourquoi les filles aiment-elles le yaoi" avec lequel j'ai toujours autant de peine, et "Le yaoi est-il gay).  Enfin, des articles inédits ont été créés, notamment un portrait  de la mangaka Est Em (auteur de Tango) dont je n'ai pas vraiment vu l'intérêt (cette mangaka ni pas si connue que ça), et surtout, un très intéressant article sur le bara, ces manga créés par des gays pour des gays et dont Gengoroh Tagame (publié en France par H&O) est l'auteur emblématique. Les portraits de mangaka ne figurent plus dans la revue ; quant à la partie sur les chroniques de manga, elle a été entièrement remodelée avec de nouveaux titres et un point de vue globalement plus objectif (à quelques exceptions près, sur Viewfinder notamment). 

Pour qui n'avait pas lu l'ancienne édition, cela reste l'oeuvre informative consacrée au yaoi la plus complète qui existe actuellement dans le commerce en France. Par contre, le public reste motivé en raison d'une rédaction professionnelle et "froide" qui rebutera facilement les lecteurs demandant des textes plus chaleureux et légers. Pour ceux qui possédaient déjà l'ancienne édition, les différences sont suffisamment importantes pour mériter un second achat. Seul le prix les refroidira peut-être, car si l'ancienne édition était déjà chère avec ses 12 euros, celle-ci la surpasse largement avec 20 euros à débourser, ce qui semble cependant justifié par une pagination bien plus importante (mais quand même). 

Date de dernière mise à jour : 20/01/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site